•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un artisan d'Edmundston forge des couteaux pour le plaisir

De grands couteaux de cuisine disposés sur un établi.

Gilles Pelletier fabrique à la main une variété de couteaux, y compris leur lame et leur manche.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Radio-Canada

Un habitant d’Edmundston au Nouveau-Brunswick exerce le métier de coutelier. Il fabrique des couteaux de chef à la main.

Gilles Pelletier est retraité. Il se rend régulièrement dans son atelier pour fabriquer des couteaux.

J’ai pris un cours de forgeron 15 ans passé. Puis, mon grand-père était forgeron aussi. Alors, quand j’ai vu l’émission à la télévision Forged in Fire, j’ai trouvé que c’était faisable et je comprenais le procédé de manipuler le fer, explique M. Pelletier.

Gilles Pelletier commence par découper le fer en forme de couteau. La lame est ensuite meulée pour lui donner la forme désirée.

Il affute une pièce de métal.

Gilles Pelletier fabrique ses couteaux à la main.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

L’artisan utilise aussi du fer brut, qu'il fait chauffer dans un four. Le morceau de métal est ensuite martelé pour obtenir le profil désiré.

Finalement, la lame est trempée dans de l’huile pour durcir le métal.

Ça stresse le fer. Il vient vraiment dur comme une lime. Il peut casser si tu l’échappes. Ensuite, on le met dans un fourneau à 400 degrés. Ça enlève le stress et ça le ramollit jusqu’à un certain point qu’on choisit comment qu’on veut qu’il soit dur, précise M. Pelletier.

Gilles Pelletier dépose une lame dans un four.

Le métal est chauffé dans un four à 400 degrés, explique Gilles Pelletier.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Gilles Pelletier fabrique aussi les manches de ses couteaux à la main avec une variété d’essences de bois. Une fois les lames polies et affûtées, elles sont insérées et collées dans le manche.

En quelques mois seulement, Gilles Pelletier en a déjà vendu plusieurs sous la marque Pellet, un raccourci de son nom.

C’est une grande source de fierté pour cet artisan. Il s’agit d’œuvres artisanales qui valent plusieurs centaines de dollars chacune.

Gilles Pelletier interviewé devant ses outils de forgeron accrochés à un mur.

Gilles Pelletier fabrique des couteaux dans son atelier à Edmundston depuis le mois de juin.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

C’est plaisant pour moi de voir que j’ai fait quelque chose qui est vraiment utilitaire, qui va être utilisé presque tous les jours, puis pour le restant de la vie de cette personne là, souligne M. Pelletier.

Gilles Pelletier forge des couteaux pour le plaisir. Il compte en fabriquer aussi longtemps qu’il le pourra.

D’après un reportage de Bernard LeBel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !