•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC offre la possibilité de prêter serment avec une plume d'aigle au Nouveau-Brunswick

Une plume d'aigle et une bible.

La police fédérale considère qu'un serment avec une plume d'aigle est l'équivalent d'un serment sur la Bible ou d'une affirmation solennelle (archives).

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

La Presse canadienne

L'usage de la plume d'aigle, un symbole respecté dans des cultures autochtones, sera peu à peu adopté dans les différents bureaux de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) du Nouveau-Brunswick.

Ainsi, les citoyens de la province ayant affaire à la GRC auront la possibilité de tenir une plume d'aigle lorsqu'ils font une déclaration ou qu'ils sont interviewés par un policier de la GRC. De plus, lorsqu'une personne a affaire à des employés de la GRC dans un détachement, ceux-ci pourront lui offrir, pour le réconforter, de tenir la plume d'aigle.

La police fédérale considère qu'un serment prêté avec une plume d'aigle est l'équivalent d'un serment sur la Bible ou d'une affirmation solennelle.

Le commissaire adjoint de la GRC, Larry Tremblay, explique que l'initiative est née d'une volonté collaborative visant à tisser des liens solides avec les collectivités, les clients et les employés autochtones.

La GRC explique que la plume d'aigle est vénérée dans la culture autochtone et qu'elle exige que la personne qui la tient dise la vérité.

La police fédérale signale que la plume d'aigle pourra être utilisée par tous les citoyens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !