•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Visites des chefs : l’Intérieur fait figure d'oubliée

Montage photo des trois chefs portant des masques faciaux.

Les chefs des principaux partis aux élections provinciales : Sonia Furstenau du Parti vert, Andrew Wilkinson du Parti libéral et John Horgan du Nouveau Parti démocratique de la Colombie-Britannique

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck et CBC/Mike McArthur et Ben Nelms

Mylène Briand

Les électeurs du Nord et de l’intérieur de la Colombie-Britannique semblent avoir été boudés par les différents partis cette année. C’est ce que permet de conclure une analyse des itinéraires des chefs des trois principaux partis au cours de la campagne électorale qui se termine.

En raison de la COVID-19, les trois chefs ont limité leurs déplacements au cours des 32 derniers jours de campagne et la plupart de leurs événements étaient virtuels.

En regardant leurs déplacements, un constat clair se dessine : c’est dans le Grand Vancouver que les deux principaux partis, le Nouveau Parti démocratique (NDP) et le Parti libéral, ont consacré leurs efforts là où - en incluant la vallée du Fraser - vont se jouer 49  des 87 sièges à l'Assemblée législative.

De leur côté, les candidats du Parti vert ont plutôt concentré leurs efforts sur l’île de Vancouver qui compte 16 sièges.

Quant à l’Okanagan (13 sièges) et le Nord (9 sièges), ce sont les grands oubliés de la campagne.

Ces itinéraires surprennent Bryan Breguet, professeur d’économie au collège Langara et auteur du site d'agrégation de sondages Tooclosetocall.ca (Nouvelle fenêtre).

Selon les sondages, les comtés qui devraient être en jeu, ce devrait être Kamloops, Chilliwack, dans l’intérieur de la Colombie-Britannique, dit-il. Mais peut-être ont-ils entre leurs mains des données qui laissent entrevoir une course plus serrée que ce que montrent les sondages.

Le NPD reste prudent

Au total, John Horgan, du NPD, a passé quelques heures à Kitimat et à Terrace en tout début de campagne, une journée à Revelstoke au début octobre et une journée sur la route entre Kamloops et le sud de l’Okanagan la semaine dernière.

Le reste de son temps a été consacré à des événements dans le Grand Vancouver en plus de quelques jours sur l’île de Vancouver.

Je suis un peu surpris de voir à quel point il n’est pas allé dans l’intérieur, analyse Bryan Breguet. J’ai l’impression qu’ils veulent la jouer safe, en se disant que l’important est simplement d’avoir une majorité.

L’autre surprise, selon lui, est le fait que John Horgan soit allé à Richmond - un bastion libéral - qu’une seule fois, alors que le NPD pourrait y faire des gains substantiels.

Les libéraux en mode attaque?

Chez les libéraux, Andrew Wilkinson a suivi un itinéraire semblable. Mis à part un bref passage à Kamloops, Merritt et Hope le 2 octobre, une annonce à Kitimat le 14, une autre à Osoyoos, le 18, et trois jours dans l’île de Vancouver, le chef libéral a passé tout son temps dans le Grand Vancouver.

J’ai de la peine à expliquer pourquoi les libéraux passent autant de temps dans le Grand Vancouver. Les sondages ne montrent pas qu’ils pourraient y faire des gains, analyse Bryan Breguet. Pourtant ça donne l’impression d’un parti qui peut gagner.

La surprise pour moi, c’est de voir qu’Andrew Wilkinson n’est jamais allé à Langley, ajoute-t-il. Ce sont des comtés que les libéraux ne veulent probablement pas perdre.

Les verts restent dans l’île

La chef des verts, Sonia Furstenau, n’a passé que 6 jours sur le continent, principalement à Vancouver, mis à part quelques passages à Squamish et Whistler.

Le reste de son temps a été passé sur l’île de Vancouver, principalement dans la circonscription de Cowichan Valley, où Sonia Furstenau s’est fait élire pour la première fois en 2017.

Une stratégie qui a du sens, estime Bryan Breguet. Il y a des chiffres qui montrent qu’en général, si un parti passe du temps dans une région, le nombre de votes augmente, dit-il. Même si à l’échelle provinciale ils perdent la moitié de leur vote , ils pourraient quand même remporter 2 ou 3 sièges si le vote est concentré dans ces circonscriptions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !