•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alpha Condé en voie d'obtenir la majorité absolue au premier tour en Guinée

Alpha Condé met son bulletin de vote dans une urne.

Les résultats préliminaires créditent le président sortant Alpha Condé de la majorité absolue dès le premier tour.

Photo : AP / Sadak Souici

Agence France-Presse

Les résultats préliminaires, mais quasiment complets de la présidentielle guinéenne publiés par l'organe responsable des élections créditent le président sortant Alpha Condé de la majorité absolue dès le premier tour, dans un contexte de vives tensions et de contestation de la régularité du scrutin.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a publié jeudi soir les résultats de l'élection de dimanche dans 17 nouvelles circonscriptions sur le territoire national, en plus des circonscriptions à l'étranger. Seules trois circonscriptions manquent encore (une en Guinée, deux à l'étranger).

Les 37 circonscriptions de l'intérieur dont la CENI a communiqué les résultats depuis mardi représentent plus de 5 millions des 5,41 millions d'inscrits.

La CENI n'a pas procédé à un cumul et n'a pas déclaré de vainqueur. Toutefois, selon les résultats des seules circonscriptions de l'intérieur, M. Condé l'emporte avec plus de 2,4 millions de voix sur environ 3,9 millions de votes exprimés, distançant son principal adversaire, Cellou Dalein Diallo (environ 1,2 million de suffrages).

Douze candidats en tout étaient en lice. Les dix autres se partagent les miettes électorales.

L'éventualité d'un troisième mandat consécutif de M. Condé, 82 ans, a provoqué pendant un an une contestation dans laquelle des dizaines de civils ont été tués, faisant craindre une éruption autour du vote, dans un pays coutumier des affrontements politiques sanglants.

Des violences ont en effet éclaté après le vote, faisant une dizaine de morts selon les autorités, au moins 19 selon M. Diallo.

M. Diallo, battu par M. Condé en 2010 et en 2015, a proclamé sa victoire lundi en invoquant le travail mené par son parti pour faire remonter les données du terrain plutôt que de s'en remettre aux organes officiels, la CENI et la Cour constitutionnelle, inféodées au pouvoir selon lui. M. Diallo a dénoncé une fraude à grande échelle, en cours selon lui pour falsifier les résultats.

Ceux-ci doivent encore être proclamés par la CENI et validés par la Cour constitutionnelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !