•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Première Nation de Neskantaga donne 7 conditions pour le rapatriement des évacués

Une rue de graviers avec des maisons en rangée

Neskantaga a évacué une partie de sa population après avoir dû couper l'eau courante.

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Radio-Canada

Le chef Chris Moonias et les membres du conseil de la Première Nation de Neskantaga ont établi une liste de conditions qui doivent être remplies avant de considérer le retour des personnes qui ont été évacuées cette semaine en raison de la contamination du système d’eau courante.

J’ai envoyé ces conditions au ministre des Services aux Autochtones et j’attends une réponse concrète et un plan d’action, a déclaré le chef Chris Moonias dans un communiqué envoyé par la Nation Nishnawbe Aski, une organisation politique qui représente 49 Premières Nations, dont Neskantaga.

Les résidents de Neskantaga ont énormément souffert et il est inacceptable que les responsables gouvernementaux aient refusé de reconnaître qu’il s’agit d’une urgence sanitaire.

Chris Moonias, chef de la Première Nation de Neskantaga

Notre peuple a besoin d’aide maintenant, a-t-il ajouté.

Les conditions nécessaires avant de considérer le retour des évacués : 

  1. L’eau courante doit être disponible 24 heures sur 24.
  2. Deux unités portables de traitement de l’eau doivent être immédiatement installées dans la communauté afin que de l’eau potable propre puisse être produite.
  3. Le gouvernement doit s’engager à étudier immédiatement la faisabilité de la réparation d’un système défectueux par rapport à la conception et la construction d’un nouveau système de distribution d’eau qui répond aux normes actuelles les plus élevées.
  4. Une inspection approfondie et immédiate de la plomberie doit être effectuée dans toutes les résidences et les terrains inoccupés afin d’évaluer et de réparer les fuites.
  5. La décontamination des habitations et la réparation des équipements (tuyaux, éviers, robinets) en mauvais état à cause de la crise doivent être effectuées.
  6. Une enquête immédiate doit être lancée sur les pratiques commerciales des entrepreneurs et des sociétés d’ingénierie en lien avec le système d'eau.
  7. Une enquête ou une évaluation immédiate des facteurs contribuant aux crises de l’eau et de santé publique doit être effectuée.

Neskantaga a déclaré l’état d’urgence plus tôt cette semaine.

Il n’y a plus d’eau courante dans la communauté, y compris dans le système temporaire d’osmose inversée sur lequel la communauté compte depuis des années. Il s'agit de leur seule source d’eau potable.

Un purificateur d'eau.

Le système temporaire installé à Neskantaga se brise souvent, selon le chef Moonias.

Photo : CBC/Christina Jung

Plus de 200 résidents de Neskantaga ont été évacués vers Thunder Bay. La communauté affirme qu’elle n’a pas reçu de soutien du gouvernement fédéral pour cette évacuation.

Mercredi, des hauts fonctionnaires du ministère des Services aux Autochtones du Canada ont refusé de reconnaître la gravité de la situation et de la classer comme une crise de santé publique.

Communiqué de la Nation Nishnawbe Aski

Dans toute autre communauté au Canada, l’absence totale d’eau courante serait reconnue comme une crise, en particulier lors d’une pandémie, a déclaré le grand chef de la Nation Nishnawbe, Alvin Fiddler, qui a écrit au premier ministre Justin Trudeau.

Le gouvernement fédéral s’efforce de soutenir les personnes déplacées en raison de cette crise de l’eau, a déclaré jeudi le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, et s’efforce de mettre fin aussi rapidement que possible.

L'avis d’ébullition de la Première Nation de Neskantaga est en vigueur depuis 25 ans.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !