•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : quel avenir pour les arts de la scène?

Elle accorde une entrevue pour le site web d'ICI ARTV au Théâtre la Licorne.

Émilie Perreault animait jeudi une discussion sur l'avenir des arts de la scène au Québec.

Photo : Radio-Canada / Martin Ouellet-Diotte

Radio-Canada

Jeudi était présenté en webdiffusion un entretien, animé par la journaliste Émilie Perreault, sur l’avenir des arts de la scène au sortir de la pandémie de COVID-19. Alors que le Québec est encore partiellement confiné, plusieurs questions demeurent en suspens.

Mis sur pied par Les rendez-vous de la Place des arts, le panel de discussion était composé de Nassib El Husseini, directeur général de la troupe de théâtre des 7 Doigts, de Louise Richer, directrice générale de l'École nationale de l'humour, de David Laurin, codirecteur artistique de la compagnie Duceppe, et de Jacques Primeau, directeur général des festivals de l’Équipe Spectra.

Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18, s’est entretenue avec une partie des intervenants et intervenantes pour tâter le pouls d’une industrie en déroute, mais remplie d’espoir.

Un premier constat s’impose chez les personnes invitées à la discussion : le public sera au rendez-vous lorsque les choses reviendront à la normale. Mais une question demeure : quand?

Selon Nassib El Husseini, une reprise du marché en 2022 ou au plus tôt à l’automne 2021 est envisageable, à condition que les personnes qui oeuvrent dans le milieu tiennent le coup.

On travaille fort pour qu’il n’y ait pas une hémorragie, où les collègues artistes, techniciens et gestionnaires changent de carrière.

Revenir en force dans un marché hybride

Une autre chose semble faire l'unanimité : lorsqu’on voudra revenir, il faudra revenir très fort, parce que la compétition sera féroce.

Plus que jamais, le marché international sera un joueur à surveiller, avec la numérisation de plusieurs productions qui vont inévitablement venir diversifier l’offre.

Un terrain encore plus compétitif donc, et un écosystème à revoir, alors qu’on se dirige vers un marché hybride, entre scènes réelles et offres virtuelles.

L’enjeu de la monétisation

Une autre question taraude les acteurs et actrices du milieu, notamment Louise Richer : comment monétiser les spectacles numériques?

C’est beau de s’exprimer sur différentes plateformes numériques, mais il y a tout l’enjeu de la monétisation [...], les enjeux relatifs aux GAFA [Google, Apple, Facebook, Amazon], explique-t-elle.

La monétisation est d’ailleurs l’enjeu-clé qui ressort de cette discussion sur l’avenir des arts de la scène.

Le plan du ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, se fait toujours attendre. Il devrait déposer sous peu un projet de loi sur la question, mais reste à voir si ce dernier aura assez de mordant pour relancer une industrie qui a besoin, finalement, d’un électrochoc.

Avec les informations de Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l'émission Le 15-18.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !