•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le port du masque par les députés albertains scruté à la loupe

L'Assemblée législative de l'Alberta le 17 octobre 2019.

Les députés albertains ne sont pas formellement obligés de porter le masque à l'intérieur de l'Assemblée législative albertaine.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Audrey Neveu

Les députés albertains sont scrutés à la loupe quant à leur respect du port du masque et de la distanciation physique à l’Assemblée législative, au lendemain de l’annonce du test positif à la COVID-19 de la ministre Tracy Allard.

Plusieurs ministres, dont la ministre des Affaires municipales, Tracy Allard, ont été vus à plusieurs reprises dans les corridors de l’Assemblée législative ne portant pas de masque et ne se tenant pas à 2 mètres de distance d’autres personnes.

L’annonce de la contamination de la ministre a forcé le premier ministre Jason Kenney, le ministre Ric McIver et trois autres députés conservateurs à se placer en isolement préventif mercredi après-midi. Le test de Jason Kenney s’est révélé négatif quelques heures plus tard.

Tracy Allard s'adresse aux municipalités derrière un podium.

La ministre Tracy Allard a commencé à avoir des symptômes au lendemain d'une conférence de presse en compagnie du premier ministre.

Photo : CBC

L’attaché de presse de Tracy Allard n’a pas répondu à nos questions sur le respect du port du masque par la ministre et ses employés. Il n’a pas indiqué non plus s’ils formaient un groupe fixe, ce qui les en exempterait.

À ces questions, l’attaché de presse du premier ministre Jason Kenney a quant à lui répondu : Nous suivons les recommandations de la médecin hygiéniste en chef. Celle-ci a recommandé, le 9 octobre dernier, de porter le masque au travail lorsqu’il n’est pas possible de maintenir la distanciation physique, à moins de former un groupe fermé avec ses collègues.

Le ministre des Transports, Ric McIver, présentement en isolement, assure qu’il portait le masque avec ses employés lorsque la distanciation n’était pas possible.

La chef néo-démocrate, Rachel Notley, affirme de son côté que tous les députés du NPD porteront des masques K95 en tout temps à l’Assemblée législative jusqu’à ce que tous les députés conservateurs en isolement soient déclarés négatifs. Nous allons nous-mêmes améliorer nos pratiques, a affirmé Rachel Notley.

Rachel Notley parle à l'assemblée en portant un masque K95.

Tous les députés néo-démocrates ont porté un masque en Chambre jeudi, contrairement à plusieurs députés conservateurs.

Photo : Assemblée législative de l'Alberta

Celle-ci ne se dit toutefois pas inquiète par la possibilité d’avoir été contaminée par les députés placés en isolement, bien qu’elle admette avoir eu une longue discussion avec l’un d’entre eux, Nathan Neudorff.

Le test accéléré de Jason Kenney soulève la controverse

Le premier ministre, Jason Kenney, a bénéficié mercredi d’un test accéléré pour détecter la COVID-19. Il doit tout de même rester en isolement jusqu’à la semaine prochaine pour respecter les règles de santé publique, puisque la période d’incubation du virus est de 14 jours.

L’opposition néo-démocrate croit que ce test accéléré n’est pas justifié. Sa chef, Rachel Notley, a questionné le gouvernement lors de la période de questions.

Il y a des mères monoparentales qui travaillent et qui doivent s’isoler sans salaire en attendant leur résultat. Pourquoi le premier ministre peut-il sauter la file?

Rachel Notley, chef du Nouveau Parti démocratique de l'Alberta

Un protocole a été mis en place par le cabinet d’urgence et par Services de santé Alberta pour tester plus rapidement certains Albertains pour être en mesure de maintenir des services comme ceux du gouvernement. Le chef du gouvernement en fait certainement partie, mais les autres députés doivent faire la file. Nous travaillons fort pour que ces tests soient disponibles pour tous les Albertains, a répondu le leader parlementaire, Jason Nixon.

La médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, Deena Hinshaw, a confirmé jeudi qu’une liste de critères a été établie pour déterminer qui pourrait bénéficier de tests accélérés, mais qu’elle n’a pas décidé elle-même quels seraient ces critères. Ceux-ci n’ont pas été rendus publics.

Il s’agit d’une bonne pratique, en cas d’urgence, qui est appliquée dans d’autres juridictions. Elle permet de maintenir les services de santé et les services gouvernementaux en période de pandémie, a-t-elle expliqué. Elle affirme avoir été testée de manière accélérée deux fois au cours des derniers mois, mais ne pas avoir été celle qui avait pris cette décision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !