•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Franc succès pour la récupération des bouteilles de vins à l'UQTR

Un amoncellement de bouteilles de vins vides au recyclage

La récupération des bouteilles de vins va bon train à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le projet de récupération des bouteilles de vin sur les terrains de l'UQTR a des retombées plus grandes que ce à quoi on s’attendait, si bien que l’initiative est appelée à prendre de l’ampleur.

Depuis plus d'un an et demi, Groupe Bellemare a installé un conteneur sur les terrains de l’UQTR où les gens peuvent déposer leurs bouteilles de vin et autres contenants de verre. Plus de 160 000 bouteilles y ont été récupérées à ce jour.

Les responsables de l’entreprise songent désormais à remplacer leur conteneur par un plus grand. Ils envisagent même d’installer des conteneurs supplémentaires sur le territoire.

Une fois récupéré, le verre est concassé et transformé pour servir à la fabrication de produits de sablage au jet ou des produits de filtration pour les piscines.

Un amoncellement de morceaux de verre qui brillent au soleil

Le verre récupéré et concassé sert à la fabrication de produits de sablage ou de filtration pour les piscines.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Consigne du verre élargie

Le tout survient à l’aube d’un grand changement puisque la consigne du verre sera élargie en 2022 pour inclure les bouteilles de vins et spiritueux. La SAQ agira alors comme responsable du système de consigne pour les bouteilles de vin.

Groupe Bellemare en profitera. En plus des produits de sablage, l’entreprise souhaite développer un nouveau filon avec le tri optique, permettant au verre d’être ensuite refondu et remis en bouteille. Le projet de 22 millions de dollars pourrait prendre quelques années à se concrétiser.

À partir du moment où la consigne s’installe et que l'intérêt est là pour tous les participants dans ce projet, ça va s’échelonner sur deux à trois ans, note Martin Côté, directeur au développement des affaires chez Groupe Bellemare.

Selon les informations recueillies par Marie-Ève Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !