•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès d'un conseiller de Sainte-Anne-des-Monts se poursuivra en décembre

L'entrée du palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts.

Le procès de Charles Soucy se déroule au palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

Le procès de Charles Soucy, accusé d'agression sexuelle sur une personne mineure, se poursuivra finalement en décembre afin de terminer l'interrogatoire des témoins.

Le procès reprendra les 15 et 16 décembre prochains. L'homme de 71 ans fait aussi face à un autre chef d'accusation puisqu'il aurait été en situation d’autorité ou de confiance vis-à-vis la victime.

Au deuxième jour du procès, jeudi, l'avocat de la défense, Yves Desaulniers, a contre-interrogé la présumée victime.

L'avocat a notamment abordé les détails du soir de l'été 1989 où la présumée victime, âgée de 14 ans à cette époque, affirme avoir été agressée par le conseiller municipal Charles Soucy.

Lors de son témoignage à l'ouverture du procès, la présumée victime a raconté que Charles Soucy l’aurait invitée à écouter un film chez lui. Elle a expliqué à la cour qu’elle et l’accusé se chamaillaient pour le plaisir durant chaque pause publicitaire.

C'est durant l'une de ces pauses que Charles Soucy l’aurait maintenue au sol et aurait mis une main dans son pantalon pour la caresser.

La présumée victime dit avoir tenté de se débattre, sans succès. Le tout, selon elle, s’est arrêté après une à deux minutes. Ils auraient ensuite terminé l’écoute du film en silence.

L’avocat de la défense a questionné longuement la présumée victime sur la façon dont elle dit avoir été maintenue au sol, lui demandant des détails sur la position exacte des corps et des bras. Il lui a ensuite demandé quelles parties de son corps étaient libres et lesquelles ne l'étaient pas durant la présumée agression.

À de nombreuses reprises, Me Desaulniers a comparé le témoignage livré par la présumée victime devant le juge à sa dénonciation faite aux policiers en 2018.

Me Desaulniers est également revenu sur la relation de la présumée victime avec Charles Soucy dans les années qui ont suivi. Il lui a posé de nombreuses questions sur les activités qu'ils ont faites ensemble. L'avocat lui a même montré de nombreuses cartes de souhaits que la présumée victime lui a envoyées au fil des ans.

Avec les informations de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !