•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel chemin parcourt votre carton de jus?

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des ballots de matières recyclables empilés dans l'entrepôt de Fibres Sustana, à Lévis.

Le reportage de Maxime Denis

Photo : Radio-Canada / Maxime Denis

Rien de plus simple que de déposer sa boîte de jus ou de lait faite de carton multicouche dans son bac de recyclage. Il ne s'agit toutefois que d'une première étape d'une longue série avant le recyclage en pâte à papier.

Ces contenants sont composés d'une pellicule de plastique et de carton d'où l'appellation de carton multicouche. Fibres Sustana, à Lévis, a su profiter de la pandémie pour se lancer dans le recyclage de ce type de carton.

Actuellement, on est à un rythme de 3000 à 4000 tonnes annuellement. Éventuellement, on aimerait atteindre 15 000 et plus, indique le vice-président des opérations, Jean-Sébastien Foisy.

En septembre, le géant québécois du jus Lassonde annonçait d'ailleurs s'être entendu avec l'usine de 50 employés pour y transformer ses contenants et ses rejets d'usines.

D'autres ressources que le papier

Avec les années, Fibres Sustana a remarqué la baisse des quantités de papiers disponibles pour le recyclage. Le développement technologique dans les bureaux serait en cause.

La compagnie de Lévis envisageait alors de trouver une ressource différente pour produire sa pâte à papier.

On a décidé de trouver de la fibre alternative. Des choses qu'on regardait déjà auparavant, donc le carton de jus, le carton de lait — on appelle ça le carton multicouche — était une alternative pour nous, raconte M. Foisy.

Le télétravail lié à la pandémie de COVID-19 a fait chuter l'utilisation du papier, incitant la compagnie à avancer la réalisation de son projet, dès le mois d'avril.

Aussitôt que le confinement a commencé, c'est certain que tout de suite, il y a eu un chamboulement dans le marché du papier. Nous, on était prêts. On a une usine aux États-Unis qui fait actuellement depuis 10 ans la même chose que nous, dévoile M. Foisy. Cette expertise américaine aura permis à l'équipe de Lévis de s'adapter rapidement pour transformer cette nouvelle ressource.

Quarante pour cent des cartons multicouches déposés dans les bacs à recyclage du Québec transitent par cette usine qui s'approvisionne aussi auprès des comptoirs de consignes de l'Ontario et des Maritimes.

Des ballots de cartons multicouches chez Fibres Sustana, à Lévis.

Des ballots de cartons multicouches

Photo : Radio-Canada / Maxime Denis

Une fois livrée en ballots à l'usine, votre boîte à jus franchira quatre étapes avant d'être transformée en pâte à papier.

Premièrement, on va défaire les ballots, on va les passer dans le déchiqueteur pour avoir une matière un peu plus petite , explique le gestionnaire de production, Cédrick Paradis-Beaudoin.

Ensuite, cette matière est envoyée dans un triturateur. Il s'agit d'un immense silo chauffé à plus de 50 degrés regroupant la matière et de l'eau permettant à la fibre contenue dans les cartons multicouches de se détacher.

Un tamisage de la matière permettra d'enlever les particules de plastiques présentes comme une pellicule sur le carton multicouche.

Ce qui est intéressant dans le carton multicouche, c'est une matière qui se trie bien dans nos centres de tri. Nous, ici, on tri mécaniquement avec du tamisage, des laveurs, etc. On essaie de sortir la fibre la plus pure possible. Donc plus qu'il y a des contaminants au départ plus que ça demande de l'effort pour traiter la matière, résume le vice-président.

Différents clients s'intéressent à cette matière pour en faire du papier mouchoir, des boîtes d'emballages ou des essuie-tout, par exemple. Au final, 90 000 tonnes de pâte à papier quittent annuellement l'usine de Lévis afin d'être réutilisées.

Dans les prochaines années, Fibres Sustana envisage de diminuer les distances de transport pour favoriser le marché québécois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !