•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : plus que 17 cas actifs en Abitibi-Témiscamingue

Une pancarte indique aux usagers où se rendre pour accéder à la clinique de dépistage.

Les personnes inquiètes peuvent se rendre dans une clinique de dépistage de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Annie-Claude Luneau

Le nombre de cas actifs de COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue diminue. Après avoir enregistré 23 cas il y a deux semaines et 11 la semaine dernière, seulement 3 cas se sont ajoutés depuis lundi.

Il y a présentement 17 cas actifs, principalement à Rouyn-Noranda et Val-d'Or. Trois personnes sont hospitalisées.

La situation évolue bien en région et on vous prie de continuer à respecter les consignes et à être très vigilants, c'est très important. Vous avez vu, on est parti début octobre on avait moins de cas, tout à coup on a monté jusqu'à 22 cas dans une semaine, on a réussi à le baisser, mais c'est par la vigilance et par la rigueur dans l'application dans les mesures qu'on arrive à contrôler la situation, rappelle Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil à la santé publique.

La santé publique a tenu à mettre en garde les étudiants qui viendront passer du temps dans les familles pour la semaine de relâche.

Ceux qui arrivent des zones rouges et oranges doivent limiter leurs contacts et respecter les mesures en place dans leur lieu de domicile, comme le rappelle Lyse Landry, directrice de la santé publique en Abitibi-Témiscamingue.

S'il vous plaît, n'allez pas dans les restaurants, gyms et bars. Évitez de participer à des activités sociales, bien sûr, restreignez vos activités au contexte familial, en respectant à la maison les mesures que vous connaissez bien, la distanciation de deux mètres, lavage de mains, etc., demande-t-elle.

Pour les parents, une fois que votre enfant sera parti pour retourner au cégep ou à l'université, c'est important, dans les deux semaines qui suivent, de limiter les contacts sociaux et de surveiller l'apparition de symptômes qui s'apparentent à la COVID-19, ajoute Dre Landry.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !