•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fuite de données personnelles à Hydro-Québec

Le siège social d'Hydro-Québec, à Montréal.

Le siège social d'Hydro-Québec, à Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Hydro-Québec soupçonne un de ses anciens employés de s'être approprié les données personnelles de près de 300 travailleurs d'entreprises externes, l'été dernier. Son équipe de cybersécurité a réussi à récupérer les renseignements qui avaient été rendus disponibles sur un site Internet. La Sûreté du Québec enquête sur cette affaire.

L'été dernier, Hydro-Québec a congédié un de ses employés stagiaires, qui était chargé de faire des vérifications sur l'identité de travailleurs employés par des fournisseurs externes et qui sont appelés à se rendre dans des bureaux ou des installations de la société d'État. Celle-ci explique avoir remercié le stagiaire parce qu'il ne répondait pas aux exigences.

À la suite de l'annonce de son congédiement, l'ex-employé s'en serait pris à son gestionnaire, et une plainte pour menaces et harcèlement a été déposée auprès du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Le SPVM a procédé à un interrogatoire et fait son enquête, affirme le porte-parole d'Hydro-Québec, Louis-Olivier Batty.

Dans la foulée de ce congédiement, l'équipe de cybersécurité d'Hydro-Québec a découvert que l'ex-employé aurait subtilisé des données personnelles de 276 travailleurs de l'externe, comme des noms, des dates de naissance et des numéros de téléphone, pour les transférer et les rendre disponibles dans une base de données cryptée sur un site Internet.

Les données ont été retirées du site après cette découverte. Pour l'instant, il ne semble pas y avoir eu de vols d'identité liés à ces données, dit Louis-Olivier Batty. Elles ne semblent pas avoir été vendues. Ce qu'on veut, c'est vraiment faire la lumière.

Mystère sur les motifs

Hydro-Québec ignore ce qui a poussé son ex-employé à commettre ce geste. Nous, ce qu'on veut comprendre, c'est pourquoi il a récupéré de façon malveillante ces renseignements-là pour les rendre publics, dit Louis-Olivier Batty.

Il aurait exfiltré les données durant son stage, mais elles ont été rendues publiques par la suite. On veut comprendre ce qu'il avait derrière la tête.

La Sûreté du Québec a pris le dossier en main à la demande d'Hydro-Québec, qui continue de collaborer pleinement pour que l'enquête aille jusqu'au bout.

La société d'État assure qu'aucun client résidentiel, commercial ou industriel n'a été touché par cette fuite de données.

La plupart des personnes touchées par cet incident en ont été avisées dans une lettre envoyée par Hydro-Québec. Une protection d'un an de l'agence de surveillance du crédit Equifax leur a été offerte.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.