•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS-AT procédera à une importante réorganisation de ses services

Le centre hospitalier de Rouyn-Noranda.

Le centre intégré de santé et de services sociaux procède à une réorganisation de ses services. (archives)

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent Bouchard

Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue procédera, au cours des prochaines semaines, à d'importants remaniements de ses services.

Le CISSS-AT affirme que depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, il vit avec une importante pénurie de personnel, particulièrement en soins infirmiers.

Il manquerait l'équivalent de 160 infirmières à temps complet dans les différentes installations du CISSS-AT pour l'exercice 2020-2021.

Ça correspond à 20 % de nos heures travaillées, ça veut dire que notre main-d’œuvre disponible actuellement, il en manque 1 sur 5. C’est une réelle pénurie. Ça veut dire que nos équipes de travail, à toutes les semaines, ce qu’elles cherchent à combler, c’est ce 20 % là. C’est du temps supplémentaire qui est fait de façon encore plus importante pour les équipes de travail. Les équipes acceptent parfois de travailler à -1, -2 infirmières, indique Caroline Roy, présidente-directrice générale du CISSS-AT.

Nombre d'infirmières manquantes ces dernières années (équivalent temps complet) :

  • 2017-2018 : 70
  • 2018-2019 : 93
  • 2019-2020 : 138
  • Prévisions 2020-2021 : 160

Les prévisions de départs à la retraite, de possibles congés maternité et la baisse démographique causant une diminution de la relève laissent présager au CISSS-AT que les besoins iront en grandissant au cours des prochaines années.

La COVID-19 a également ajouté une pression supplémentaire sur les ressources humaines, notamment en raison du retrait de certaines employées enceintes ou immunosupprimées, de la création d'équipes dédiées à mobilité restreinte et de la création d'équipes de dépistage.

Toutes ces raisons poussent donc le CISSS-AT à réorganiser temporairement ses services afin de diminuer le nombre d'infirmières requises tout en préservant les services essentiels et en maintenant des services sécuritaires et de qualité pour la population.

Le CISSS-AT a donc entrepris une démarche afin de déterminer une hiérarchisation clinique des services, notamment en identifiant des services ou le report de certaines activités pour une période de trois mois est possible. Le CISSS souhaite également identifier les services essentiels à préserver dans chaque secteur du territoire.

Les services jugés essentiels :

  • Urgences et soins intensifs
  • Lits de courte durée
  • Obstétrique, natalité et périnatalité
  • Infirmière en CHSLD
  • Services essentiels en soutien à domicile
  • Hémodialyse et hémato-oncologie
  • Activités chirurgicales (selon l'urgence clinique)
  • Services externes en santé mentale

Du délestage est donc à prévoir dans certains services au cours des prochaines semaines. Les détails devraient être annoncés la semaine prochaine. La présence d'infirmières pourrait diminuer dans certaines cliniques spécialisées ou certains points de services en CLSC, par exemple.

Oui il va y avoir un impact sur les usagers, mais le service, s’il doit être reçu, il va être donné. Peut-être autrement, peut-être par un autre professionnel, peut-être dans un autre milieu. Il y a autant de cas de figure qu’il y aura d’endroits où on va avoir délesté ou réduit les activités. L’autre principe, c’est on préfère réduire que de fermer, nuance Dre Annie Léger, directrice des services professionnels et de l'enseignement universitaire au CISSS-AT.

Les éventuelles réductions de services seront présentées aux employés, assure le CISSS-AT. Au Témiscamingue, par exemple, les employés ont déjà été rencontrés. C'est d'ailleurs sur le territoire de Ville-Marie que va s'initier cette démarche de réorganisation et de délestage de certains services.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !