•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore plus difficile de recruter dans les maisons de retraite à l’Î.P.É.

Une infirmière aide un homme couché dans un lit.

La pénurie de main d’oeuvre en soins de santé se fait sentir encore plus forte dans les résidences pour personnes âgées, depuis le depuis de la pandémie

Photo : getty images/istockphoto / LPETTET

Les résidences pour personnes âgées de l’Île-du-Prince-Édouard doivent se tourner encore davantage vers l’immigration dans l'espoir de pourvoir leurs postes en ce temps de pandémie, selon le président de l’Association des maisons de retraite de la province, Bob Nutbrown.

Devant les membres du comité législatif de l'Assemblée provinciale, M. Nutbrown a demandé mercredi aux gouvernements de prendre des mesures pour accroître l’intérêt des travailleurs, surtout ceux œuvrant dans le secteur de soins de longue durée dans la province.

Le président de l'association a aussi demandé une promotion plus importante à l'étranger des possibilités d’immigration à l'Île-du-Prince-Édouard.

Selon M. Nutbrown, les professionnels locaux n’auraient pas assez d’intérêt envers le secteur.

L’immigration est devenue une partie de la solution à ce problème 

Bob Nutbrown, président de l’Association des maisons de retraite de l’Île-du-Prince-Édouard
Bob Nutbrown, assis à l'Assemblée législative, prend la parole.

Bob Nutbrown, président de l’Association des maisons de retraite de l’Île-du-Prince-Édouard, lors de la rencontre du comité législatif le 21 octobre 2020.

Photo : Capture d'écran, Assemblée Législative de l'Île-du-Prince-Édouard

Le président de l’Association des maisons de retraite de l’Île-du-Prince-Édouard a rappelé aux membres du comité les leçons apprises depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Les installations des foyers de soins de la province ne seraient toujours pas bien adaptées au contexte de crise sanitaire, selon lui.

M. Nutbrown explique que certains établissements ont besoin d’agrandir leurs installations dans le but d’avoir davantage de chambres d’isolement en cas d’éclosions du nouveau coronavirus.

La coopérative Le Chez-Nous éprouve de difficultés à recruter

Depuis février 2020, la résidence francophone pour personnes âgées Le Chez-Nous, située à Wellington, compte de nouvelles installations. Les travaux d'agrandissement ont abouti à la construction d'une nouvelle unité de soins de longue durée qui offre 12 lits supplémentaires.

La nouvelle section de l'établissement devrait être fonctionnelle dès l'hiver prochain.

Néanmoins, l’inauguration de l’agrandissement de la résidence reste incertaine, car l’équipe de direction de la coopérative éprouve de difficultés de recrutement de professionnels pouvant offrir les soins, selon Julie Ouellette, directrice de l’établissement.

L'extérieur de la résidence pour personnes âgées.

La coopérative Chez-Nous est située à Wellington, tout près d'Abram-Village, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada

La résidence aurait besoin d’au moins quatre infirmières et huit aides-soignants pour offrir des services médicaux et des soins infirmiers 24 heures par jour, selon Mme Ouellette.

Julie Ouellette explique que le recrutement de personnel s’avère plus difficile dans les établissements privés, dont le sien. Ces derniers ne seraient en mesure de compétitionner avec des établissements de santé publique, notamment les hôpitaux, qui peuvent offrir des salaires plus importants.

Malgré qu’on offre un salaire attrayant, des bonis et tous les avantages sociaux, ce n’est pas la même chose que de travailler pour le gouvernement. Donc, on n’est pas capables de compétitionner.

Julie Ouellette, directrice de la Coopérative Le Chez-Nous

La directrice de la coopérative souligne que si son établissement n’arrive pas à recruter le personnel nécessaire pour l’ouverture de l’unité de soins de longue durée, la coopérative sera obligée à suspendre le projet.

C’est vraiment difficile comme décision, parce qu’on sent le besoin d’ouvrir ces 12 lits dans la communauté. Cela fait longtemps que le besoin est là, mentionne Julie Ouellette.

Les travaux d’agrandissement de la coopérative Le Chez-Nous ont été entrepris en 2018.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !