•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Certains organismes ne peuvent plus recevoir de dons de manteaux d'hiver

Des enfants dans une cour d'école l'hiver.

Certains organismes en Ontario seront incapables de fournir des manteaux d'hiver gratuits aux familles dans le besoin à cause de la COVID-19. (Photo d'archives)

Photo : Rad

Radio-Canada

Alors que le temps froid approche en Ontario, certains organismes distribuant des manteaux d’hiver gratuits auprès de communautés en besoin ont dû suspendre leurs programmes à cause de la COVID-19.

Ces derniers cherchent à se réinventer tout en demandant au public de faire leurs dons à des organismes capables de les recevoir.

Nous n’avons tout simplement pas trouvé de manière sécuritaire non seulement d’amasser les manteaux, mais aussi de les distribuer aux clients dans le besoin, explique Heidi Benson, chargée du programme Coats For Kids de l’organisme Unemployed Help Centre (UHC) à Windsor.

Deux femmes regardent des manteaux d'hiver

La campagne Coats For Kids à Windsor offrait des manteaux d'hiver gratuits à plus de 5000 jeunes par année.

Photo : Source: Heidi Benson

Le programme amasse des dons de manteaux d’hiver gratuits depuis près de 30 ans et dessert entre 5000 à 6000 enfants par année.

Selon Mme Benson, l’organisme n’a pas la capacité d’assurer qu’il y ait de l’équipement de protection individuelle pour tous. Elle avait également de la difficulté à sécuriser un espace [assez grand] pour assurer que la distanciation physique soit maintenue.

Elle recommande aux Windsorois de faire don de leur manteaux d’hiver usagés à des friperies telles que Goodwill et St. Vincent de Paul.

Une femme regarde la caméra.

Heidi Benson est chargée du programme Coats For Kids au centre Unemployed Help Centre de Windsor.

Photo : Radio-Canada

À Toronto, l’organisme The Children’s Breakfast Clubs suspend également sa collecte de manteaux d’hiver annuelle. Elle fut créée en 2014 et avait permis à 50 000 familles de se procurer des manteaux d’hiver l’an dernier.

L’organisme tenait des boutiques gratuites dans des quartiers du Grand Toronto pour permettre à son public de se procurer des habits de neige gratuitement et avec dignité. Ces dernières accueillent plus de 4000 clients par semaine entre octobre et mars, mais n’ouvriront pas leurs portes cette année.

Un gymnase rempli de manteaux d'hiver

Les boutiques gratuites de The Children's Breakfast Clubs n'auront pas lieu cette année.

Photo : Source: Zubeda Nanji

L’organisme distribue plutôt des manteaux qui avaient été reçus, lavés et emballés avant la pandémie à des partenaires communautaires chargés de distribution à petite échelle.

Il y en a moins à donner. L’an dernier, nous avons pu aider 50 000 familles. Imaginez vous [la demande] cette année, décrit Zubeda Nanji, directrice exécutive de The Children’s Breakfast Clubs. 

Et cette année a été encore plus difficile pour nos familles, pensez à toutes les épreuves que nos familles et tout le monde ont traversé cette année. Le besoin est encore plus fort.

Ça va être difficile, absolument

Zubeda Nanji, directrice de l'organisme The Children’s Breakfast Clubs

À North Bay, la pandémie a poussé l'église luthérienne Redeemer à suspendre un programme similaire qui existait depuis plus de 20 ans.

D'autres organismes toujours capables de recevoir

Si certaines organisations ne sont pas en mesure de recevoir des dons de manteaux d’hiver, d’autres groupes et refuges de la province le sont. À Toronto, le centre St. Felix accepte toujours des dons de partenaires communautaires et les distribue aux personnes dans le besoin même si sa banque de vêtements est fermée. L'organisme New Circles accepte également des dons.

Kathleen Nicoll, coordonnatrice du programme New Circles

Kathleen Nicoll, coordonnatrice du programme New Circles

Photo : Radio-Canada

Les friperies fournissent également des options de vêtements d'hiver abordables, mais certaines d'entre-elles font aussi face à des défis.

Le directeur général de l'Armée du Salut, Ted Troughton, rapporte qu'il y a jusqu'à 40% moins de vêtements d'hiver sur ses tablettes cette année. La plupart des canadiens font don de leurs vêtements d'hiver au printemps, explique-t-il, moment où leurs boutiques étaient fermés à cause du confinement.

L’aile charitable de l'Armée du Salut fournit des bons d'achats aux personnes qui habitent ses refuges, leur permettant ainsi de se procurer des vêtements gratuits.

Nous sommes ici pour la communauté, nous voulons que les dons continuent, mais nous sommes en grand besoin de vêtements d’hiver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !