•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Assemblée nationale somme Montréal de respecter la Charte de la langue française

L'hôtel de ville de Montréal en soirée

La motion de la CAQ rappelle que « 10 arrondissements sur 19 de la Ville de Montréal, ainsi que la ville-centre, n’ont toujours pas obtenu leur certificat de conformité à la Charte de la langue française ».

Photo : Getty Images / gregobagel

Radio-Canada

Dans une motion de la CAQ adoptée à l’unanimité jeudi avant-midi, les députés exhortent la Ville de Montréal à prendre les mesures nécessaires pour l’obtention de son certificat de conformité à la Charte de la langue française.

Utilisant une méthode pour le moins inhabituelle pour rappeler à la métropole ses obligations en matière de protection du français, le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, a déposé la motion conjointement avec la députée libérale Hélène David, la députée solidaire Ruba Ghazal, le député péquiste Pascal Bérubé et la députée indépendante Catherine Fournier.

Réitérant que l’État doit être exemplaire en matière de langue française, notamment au niveau municipal, la motion insiste sur le fait que la charte de la Ville énonce que Montréal est une ville de langue française.

Or, lit-on dans la même motion, 10 arrondissements sur 19 de la Ville de Montréal, ainsi que la ville-centre, n’ont toujours pas obtenu leur certificat de conformité à la Charte de la langue française.

Par conséquent, l’Assemblée nationale demande à la Ville de Montréal ainsi qu’aux arrondissements de se conformer [à la Charte de la langue française] dans les plus brefs délais.

Si on veut inviter les entreprises, si on veut inviter les citoyens à utiliser, à faire la promotion de la langue française, un corps public comme la Ville de Montréal devrait montrer l’exemple. C’est inacceptable […] après autant d’années que les arrondissements n’aient pas leur certificat de conformité, a déclaré le ministre Simon Jolin-Barrette.

Questionnée sur le sujet en point de presse, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a dit mal comprendre l’initiative du ministre.

Je m’explique mal cette motion, parce que j’ai moi-même discuté avec M. Jolin-Barrette et ce sont eux [le gouvernement] qui nous ont donné un délai pour pouvoir se conformer et ça se termine à la fin du mois, et on va le remplir. L’appel qu’on a fait c’est que les arrondissements se conforment, a-t-elle affirmé.

L’Office québécois de la langue française a effectivement accordé plus de temps à la Ville de Montréal pour se conformer à la Charte en raison de la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !