•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau récupère désormais vos styromousses

Des contenants de récupération de styromousse

La Ville de Gatineau récupère maintenant les contenants de styromousse.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Gatineau lance jeudi un projet pilote d'une durée d'un an qui permettra de transformer la styromousse plutôt que de l'envoyer à l'enfouissement. Le polystyrène pourrait même finir ses jours dans un parc près de chez-vous.

Trois types de polystyrène seront récupérés à Gatineau, soit les contenants alimentaires, les produits d'emballage et les panneaux isolant.

C'est une entreprise de Prévost dans les Laurentides, le Groupe Gagnon, qui a obtenu le contrat pour la récupération du polystyrène. La compagnie qui dessert une quarantaine d'écocentres à travers le Québec a développé plusieurs débouchés pour ce type de matière.

Ça prend beaucoup de polystyrène pour venir à bout de le valoriser et d'en faire un produit fini, mais ce qui faut comprendre, c'est qu'il se jette présentement autour de 20 mille tonnes de polystyrène annuellement au Québec, explique Gilles Venne, directeur général du Groupe Gagnon.

La matière première sera transformée en béton léger qui servira notamment à la fabrication de mobilier urbain comme des bancs de parcs ou des tables à pique-niques.

Un banc de parc

Le styromousse récupéré servira à la construction de mobilier.

Photo : Courtoisie / Groupe Gagnon

Chaque année, plus de 400 tonnes de styromousse provenant des poubelles des Gatinois sont envoyées à l'enfouissement. Cette matière polluante peut mettre plusieurs siècles à se dégrader, mais elle prend surtout beaucoup d'espace dans les dépotoirs : une tonne de styromousse équivaut à 35 tonnes de déchets.

C'était un produit qui n'était pas du tout recyclé ou à peu près pas. Aucun centre de cueillette sélective ne le prenait dans les villes. De là est venue l'idée.

Gilles Venne, directeur général du Groupe Gagnon

L'entreprise croit que la valorisation de la styromousse est surtout un bel exemple d'économie circulaire. Une façon de réutiliser une ressource en fin de de vie, tout en réduisant son empreinte écologique.

C'est de vraiment changer notre perception puis de se dire que des matières résiduelles sont des ressources et non des déchets, note pour sa part la conseillère municipale Maude Marquis-Bissonnette, présidente de la Commission sur le développement du territoire, de l'habitation et de l'environnement. À partir de là les possibilités sont pratiquement infinies de tout ce qu'on peut faire avec les matières.

Les Gatinois qui souhaiteront se départir de leur polystyrène devront l'amener à un des écocentres de la ville. Puisque la styromousse a tendance à se désagréger en petites particules qui collent à tout, elle risque de contaminer les autres matières recyclables lors des collectes à la porte.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !