•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque au camion-bélier : brève comparution virtuelle d'Alek Minassian

Les parties tentent d'éviter de reporter son procès une seconde fois.

Dessin de cour de l'accusé au regard impassible.

L'accusé, Alek Minassian, lors d'une comparution en cour, en 2018.

Photo : CBC/Pam Davies

Jean-Philippe Nadeau

Les discussions se poursuivent entre la Couronne et la défense pour tenter d'organiser le procès d'Alek Minassian de façon virtuelle comme prévu le 9 novembre avant de décider de le reporter ou non à cause de la pandémie. L'individu est accusé relativement à l'attaque au camion-bélier de 2018 à Toronto.

Alek Minassian fait face à 10 accusations de meurtre prémédité et 16 de tentative de meurtre, pour la tragédie qui a fait 10 morts et 16 blessés, en majorité des femmes. Son procès a été reporté une première fois le 6 avril.

Les parties se sont brièvement réunies jeudi matin sur la plateforme Zoom avec la juge Molloy de la Cour supérieure de l'Ontario.

Alek Minassian était présent par lien vidéo au Centre de détention du sud de Toronto.

La façade du Centre de détention du sud de Toronto

Le Centre de détention du sud de Toronto

Photo : Twitter

La Couronne et la défense doivent à nouveau se rencontrer toujours sur Zoom le 28 octobre pour finaliser le tout.

La juge les a d'ailleurs invitées à s'inspirer du procès qu'elle préside en ce moment au sujet de l'ancien entraîneur de taekwondo Shin Wook Lim pour voir comment cela se passe de façon virtuelle.

La magistrate affirme que le procès se déroule bien, malgré les apparences des difficultés liées à la technologie. Elle demande à la Couronne et à la défense d'y assister, en particulier vendredi, lorsqu'un témoin sera appelé à la barre.

Il est intéressant de noter tout ce que vous pouvez faire avec la technologie, dit-elle en précisant que le témoin en question témoignera de façon virtuelle à partir de l'Écosse au procès de Shin Wook Lim.

Le procureur de la Couronne, Joseph Callaghan, a reconnu qu'il n'avait pas l'expérience des procès virtuels contrairement à la défense d'Alek Minassian.

Boris Bytensky entouré des caméras et des micros de journalistes

L'avocat d'Alek Minassian, Boris Bytensky, en mêlée de presse au tribunal de Toronto en septembre 2018.

Photo : Radio-Canada

L'avocat de la défense, Boris Bytensky, dit qu'il n'a en revanche jamais plaidé dans une cause aussi notoire que celle de son client, qui risque d'attirer selon lui de nombreux médias et de nombreux curieux.

La difficulté dans ce procès est d'organiser la présence des médias sur Zoom, de réunir éventuellement le public dans une salle de débordement au palais de justice de Toronto, puisque seulement neuf personnes sont autorisées à entrer dans le prétoire où des écrans ont été installés.

En raison de la COVID-19, les membres du public doivent être assis à au moins 2 mètres de distance les uns des autres à l'intérieur d'un tribunal. Pas plus de 10 dans le prétoire, soit 9 citoyens et un membre du personnel de la cour.

Alek Minassian devra à nouveau être présent lors de l'audience du 28 octobre.

La police accuse Alek Minassian d'avoir délibérément roulé au volant d'une camionnette de location sur le trottoir d'un tronçon de la rue Yonge le 23 avril 2018 et d'y avoir fauché des piétons au passage.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.