•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

300 000 étudiants « exigent » l’arrêt du projet GNL Québec

Des gens assis dans une salle.

Le coup d’envoi des séances de la commission d'enquête du BAPE sera donné le 26 octobre.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Radio-Canada

Quelque 300 000 étudiants, représentés par 48 associations étudiantes, « exigent l’arrêt immédiat » du projet GNL Québec.

Il s'agit de la plus grande mobilisation d’associations étudiantes depuis la grève de 2012, expliquent l'ONG écologiste Greenpeace et la Coalition étudiante pour un virage environnemental et social (CEVES), qui indiquent que cette sortie intervient le jour, où le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) attend de recevoir les derniers mémoires avant la deuxième séance d’audiences publiques le 26 octobre.

Les membres de la commission d'enquête du BAPE sur le projet de construction d'une usine de liquéfaction de gaz naturel à La Baie par l'entreprise GNL Québec entendront 244 citoyens ou organismes lors de la deuxième portion des audiences publiques.

S’adressant au premier ministre du Québec, Ashley Torres, membre de l’exécutif de l’Association Étudiante d’Arts et Sciences (ASFA) de l’Université Concordia, déclare : on ne peut plus continuer d’alimenter un système qui se base sur la destruction et l’exploitation du vivant.

Les associations étudiantes estiment que de tels projets sont contraires aux besoins fondamentaux d’une relance juste, verte et inclusive.

Avec GNL/Gazoduq, le gouvernement actuel ne fait qu’enfoncer le Québec dans le gouffre financier des énergies fossiles et il hypothèque du même coup le futur de la jeunesse québécoise pour une vision économique à court terme, explique Vincent Bonin-Palardy, VP aux affaires universitaires de l’Association des Étudiants en Sciences et Génie de l'Université Laval (AESGUL).

Il n’y a pas d'acceptabilité sociale à l’endroit de ce projet du passé, conclut Greenpeace.

Un plan sommaire de l'usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec a été rendu public.

Un plan de l'usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Souières

En septembre dernier, le gouvernement du Québec estimait que tout le monde était d’avis que le projet GNL Québec pouvait apporter énormément pour l'économie des régions.

Le premier ministre François Legault avait toutefois précisé que ce projet était sujet à l'acceptabilité sociale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !