•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enquête révèle un besoin immédiat d’améliorations à Parkview Place

Parkview Place.

Une éclosion de cas de COVID-19 dans le foyer de soins personnels Parkview Place, à Winnipeg, a entraîné la mort de 11 résidents.

Photo : Radio-Canada / (Lyzaville Sale/CBC)

Radio-Canada

Une enquête menée ce week-end par une équipe des autorités de la santé de l’office régional de la santé de Winnipeg (ORSW) conclut que des améliorations sont immédiatement nécessaires dans le foyer de soins pour personnes âgées de Parkview Place, à Winnipeg.

C’est l’établissement de soins pour personnes âgées où la COVID-19 a fait le plus de victimes. Le décès de la 11 e personne à y succomber de la COVID-19 a été annoncé mercredi.

Samedi, une équipe de 5 personnes des autorités de la santé publique s’est rendue sur place pour inspecter les espaces de vie des résidents et les aires communes de cet établissement de 12 étages situé sur la rue Edmonton. Les membres de l'équipe d'enquête ont aussi parlé avec les résidents, les employés et les gestionnaires.

Dans un communiqué, le porte-parole de l’ORSW dit que l’enquête a relevé un manque de ressources humaines aussi bien du côté des soins pour les résidents que pour l’entretien de l’établissement. Selon l’ORSW, les équipes ont aussi besoin d’une meilleure formation pour gérer les épidémies.

Nous travaillons avec l’équipe des opérations de Parkview Place pour faire en sorte que ces améliorations soient mises en place tout de suite, indique le porte-parole de l'ORSW.

Cafards et toilettes sales

Plus tôt cette semaine, CBC a révélé que la plus récente inspection provinciale du foyer de soins, effectuée en mars, faisait état d’importantes inquiétudes concernant la propreté et le contrôle des infections. Elle indiquait que des toilettes sales et des traces de cafards avaient été trouvées.

Cette inspection de l’ORSW arrive près d’une semaine après que la santé publique, qui octroie des fonds et assure la surveillance de Parkview Place, ait admis ne pas avoir envoyé un seul membre de son équipe dans l’établissement depuis mars.

La santé publique a indiqué que, à la place, elle s’est appuyée sur des communications virtuelles et des appels téléphoniques quotidiens depuis l’éclosion déclarée à la mi-septembre.

À ce moment-là, la santé publique a indiqué procéder de cette manière afin de réduire le nombre d’individus dans le bâtiment afin de réduire le risque de transmission du virus.

106 cas dans l’établissement

Mercredi, 106 personnes, des résidents et des employés, ont été déclarées positifs à la COVID-19, selon Revera, l’entreprise qui gère le foyer de soins.

Il y avait 47 cas actifs parmi les résidents et 21 résidents guéris. Parmi les employés, 17 cas sont toujours actifs et 10 sont guéris.

Le porte-parole de l’ORSW indique que l'établissement fait face à des défis de ressources humaines et que les employés qui sont toujours en poste ont besoin de soutien.

Parkview Place et l’ORSW disent maintenant chercher plusieurs solutions pour résoudre ces problèmes. Parmi les pistes envisagées : engager des travailleurs qui pourraient aider aux différentes opérations dans l’établissement et employer des personnes qui recevront une formation.

En plus, Parkview Place va pouvoir employer des travailleurs de la santé de manière temporaire à la suite de l’appel lancé par la province.

Shannon McAteer, la coordinatrice de la santé pour la section locale 2039 du syndicat canadien de la fonction publique se réjouit de voir que la direction et la santé publique cherchent des solutions au manque de personnel.

La semaine dernière, elle avait fait part de ses inquiétudes sur ce point aux médias. Elle ajoute cependant ne pas encore avoir eu de discussion sur cette question, que ce soit avec la direction ou les autorités.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !