•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel au dialogue : d'autres organismes fransaskois veulent emboîter le pas

Table avec quatre personnes, respectant une distance de deux mètres.

Les partenaires impliqués dans cette volonté de combattre l’intimidation et la discrimination sont l’ACF, la CAFS, le CCF et le CEF.

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Radio-Canada

L’appel au dialogue et au mieux-être dans la Fransaskoisie, lancé mardi par quatre organismes, est reçu positivement dans la communauté. Deux associations, qui voient d’un bon oeil l’initiative, se disent prêtes à s’impliquer.

Quatre organismes fransaskois se sont réunis en conférence de presse à Regina mardi pour s'afficher contre l’intimidation, la discrimination et la malveillance présente dans la communauté.

Il s'agit de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), de la Communauté des Africains francophones de la Saskatchewan (CAFS), du Conseil culturel fransaskois (CCF) et du Conseil des écoles fransaskoises (CEF).

Il y a des gens dans la communauté qui travaillent à créer de la division, à faire naître un climat d’intimidation et de terreur. Il y a des gens qui pleurent dans leur bureau et des organismes paralysés en ce moment. Ce n’est pas normal. Ce n’est pas acceptable, a affirmé l’une des porte-parole, Anne Brochu-Lambert, sans toutefois s’étendre sur les détails de ces comportements.

Au lendemain de cette sortie publique, la présidente de l’Association canadienne-française de Regina (ACFR) affirme qu’elle reçoit positivement cet appel au dialogue et à la collaboration.

Je pense que c’est absolument nécessaire. Ce dialogue va nous remettre ensemble comme une grande famille. En ce moment, partout en Saskatchewan, on peut voir qu’il y a des problèmes au niveau de l’intimidation et de la discrimination.

Kymber Zahar, présidente, ACFR

Kymber Zahar confirme que son organisme compte être actif du côté municipal.

L’initiative est très importante, résume-t-elle, et ça fait longtemps qu’on s’attend à quelque chose comme ça.

Le Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan (CECS) est du même avis. Son directeur général, Koamé Ngoandi, estime que ce front commun est essentiel pour que tous les organismes fransaskois soient sur la même page.

Pour nous, toute initiative qui vise à créer une bonne communication au sein de la communauté, nous sommes partant, nous sommes prêt à nous impliquer.

Koamé Ngoandi, directeur général, CECS

Tout ce qui touche à favoriser les relations entre les organismes pour mieux servir la communauté, c’est louable, ajoute-t-il.

Avec les informations d'Étienne Ravary-Ouellet et Vincent Turgeon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !