•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Samian et Biz, ambassadeurs de la réconciliation dans Oka, 30 ans après

Les deux hommes sont debout dans une prairie.

Biz et Samian dans le documentaire « Oka, 30 ans après »

Photo : Corus Média Inc.

Radio-Canada

Bientôt 15 ans après avoir cosigné la chanson La Paix des braves qui a scellé leur amitié, les artistes Biz, qui est blanc et nationaliste, et Samian, dont la mère est Algonquine, font à nouveau équipe dans Oka, 30 ans après. Ce documentaire en forme de quête explore l'état des relations entre Autochtones et non Autochtones au Québec.

Dans Oka, 30 ans après, Biz et Samian se replongent dans cette crise complexe survenue en 1990 et retournent sur les lieux où se sont déroulés ces événements pour rencontrer les personnes qui en ont été témoins. 

Une quête difficile

Si les deux artistes n’ont pas le même angle de lecture, Biz adoptant une approche historique et Samian abordant l’aspect social, tous deux se rejoignent sur une chose : c’est un dossier ardu!

On en ressort avec quasiment autant, sinon plus, de questions que quand on a commencé le projet. C’est quand même assez spécial, a expliqué Samian à Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18

À la décharge des politiciens, il faut dire que ce sont des questions extrêmement complexes, surtout celle des territoires, qui sont souvent enchâssées dans des traités signés par des rois et des reines d’Angleterre. Même les juristes y perdent leur latin, a ajouté Biz.

C’est notamment dû au fait qu’aucune des 11 nations n’a négocié la même chose avec le gouvernement provincial et le gouvernement fédéral, a dit Samian.

Le rappeur métis se dit déstabilisé de voir que face aux tensions qui émergent actuellement, les différents paliers de gouvernements ne joignant souvent pas les gestes à la parole.

Il y a trop de chefs et pas assez d’Indiens, a ajouté avec ironie Samian, qui évoque, par exemple, les difficultés à trouver les bons interlocuteurs. Du côté autochtone, il y a le Conseil de bande et les chefs héréditaires et chez les non autochtones les différents paliers : municipal, provincial, fédéral. 

On a passé des semaines à chercher des réponses : "Qui doit parler à qui?", c’est la question qu’on se pose aujourd’hui, a confié Samian.

Pour une paix durable

Pour Biz, la solution passe par le dialogue politique basé sur la bonne foi ainsi que sur la réparation de certaines injustices. Il y a encore des réserves qui n’ont pas l’eau courante et l’électricité. Pas besoin de grands traités pour corriger cela, a souligné Biz, qui affirme que son amitié avec Samian lui a ouvert les yeux. 

Avant La Paix des braves, j’avais des amis de partout dans le monde et je ne connaissais pas un seul Amérindien, qui sont nos voisins depuis 400 ans.

Biz, rappeur

Comme Samian, Biz croit qu’une partie de la solution réside en chacun de nous. Je ne suis pas responsable de ce qu’il s’est passé il y a 400 ans. Je suis responsable de ce que je fais maintenant, des gestes que je pose, des préjugés que j’ai ou non, de la façon dont j’élève mes enfants.

Le documentaire Oka, 30 ans après sera diffusé sur la chaîne Historia le 7 novembre à 20 h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !