•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Création du C.A. du Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay

La façade de l'édifice administratif du Centre de services scolaires des Rives-du-Saguenay.

L'édifice administratif du Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay, anciennement nommé la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay

Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Radio-Canada

Le Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay, qui succède à la Commission scolaire du même nom, a désormais un conseil d'administration.

Alexandre Lavoie et Jean Simard-Fortin occupent respectivement les fonctions de président et de vice-président. Ces postes doivent obligatoirement être pourvus par des parents.

Le nouveau conseil d’administration est donc composé de cinq parents, cinq membres du personnel et cinq représentants de la communauté.

Cette nouvelle gouvernance scolaire découle du projet de loi 40, adopté sous bâillon en février.

Le ministre de l'Éducation a voulu dépolitiser la structure qui a à prendre des décisions au niveau des modalités de fonctionnement et rendre la vocation du conseil à un niveau beaucoup plus stratégique et non pas opérationnel comme il l’était avant , explique la directrice générale du Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay, Chantale Cyr.

Elle ajoute que la direction générale devient la porte-parole de ces nouveaux centres de services scolaires. Ce rôle revenait, dans l'ancienne formule des commissions scolaires, à la présidence du conseil des commissaires.

Chantale Cyr assure que les parents impliqués dans le conseil d'administration ont conscience de l’importance de leur rôle. Contrairement aux commissaires de l'ancienne gouvernance, les membres du C.A. ne représentent pas de secteurs définis.

Les gens sont beaucoup à l’affût. Ils se disaient entre eux : "On a vraiment la responsabilité de représenter l’ensemble des citoyens et non pas uniquement qu’une partie des citoyens ou des parents dont leurs enfants fréquentent les établissements" , raconte-t-elle.

La diminution des revenus découlant de la baisse des taxes scolaires sera, selon Mme Cyr, comblée par le ministère. Ainsi, elle confirme qu’il n’y aura pas de réduction des services.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !