•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restaurateurs déçus, mais pas surpris

Des plats à emporter.

Les plats pour emporter seront de mise chez les restaurateurs qui se retrouvent de nouveau en zone rouge.

Photo : Radio-Canada / ADNAN MOHAMMAD

Radio-Canada

Les restaurateurs de l'ensemble de la Mauricie ont appris mercredi qu’ils devront fermer leurs portes vendredi soir à minuit afin de respecter la zone rouge qui entrera en vigueur. Du côté de Shawinigan, les commerçants sont déçus, mais pas surpris.

La gérante du restaurant La Cité d’Angkor, Alexandra Milot, explique qu’à la vue de tous ces clients qui venaient de Trois-Rivières et d’autres zones rouges pour profiter des restaurants de Shawinigan, il fallait s'attendre à cette fermeture.

Le téléphone ne rougissait pas, témoigne Mme Milot. Les gens ne comprennent pas la situation, En fait, ce qu’ils veulent, c’est du divertissement à tout prix, donc les gens se déplaçaient quand même, ça nous mettait à risque aussi.

Elle-même Trifluvienne, Alexandra Milot ressentait un malaise à se rendre à Shawinigan pour y travailler. J’avais l'impression d'exposer les gens et d’être exposée moi-même, dit-elle.

Femme devant la porte d'un restaurant.

Alexandra Milot, gérante du restaurant La Cité d'Angkor, à Shawinigan.

Photo : Radio-Canada

Les enseignements de la première vague

Certains restaurateurs étaient déjà prêts à reprendre le confinement pour une deuxième fois et se serviront de ce qu’ils sont appris au printemps pour traverser cette période en limitant les dégâts.

Au restaurant Chez Grace, le copropriétaire Kevin Dubord remarque que les clients ont déjà pris l’habitude des mets pour emporter et que ce sera profitable pour traverser le deuxième confinement. Il a d’ailleurs déjà adopté certaines mesures pour favoriser le contexte, notamment avec des spéciaux sur les mets à emporter et des repas particuliers pour l’Halloween.

Certains autres restaurateurs de Shawinigan ne sont toutefois pas équipés pour offrir ce service et devront fermer leurs portes sans savoir à quel moment ils pourront reprendre leurs activités. D’autres sont encore en réflexion quant aux stratégies à adopter.

Avec les informations de Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !