•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blue Jays : le président Mark Shapiro veut « finir le travail »

Mark Shapiro s'adresse aux journalistes lors d'une conférence de presse.

Mark Shapiro s'est joint aux Blue Jays de Toronto à la fin de l'été 2015.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Le président des Blue Jays de Toronto, Mark Shapiro, dont le contrat viendra à terme à la fin de l'année 2020, espère prolonger son aventure au nord de la frontière.

Shapiro, qui a signé une entente de cinq ans avec l'organisation torontoise en 2015, n'a pas voulu s'avancer sur l'étendue de ses pourparlers avec les propriétaires des Blue Jays lors d'une conférence de presse virtuelle, mercredi. L'Américain de 53 ans a toutefois assuré que l'intérêt est réciproque.

Je veux rester ici, à la fois d'un point de vue personnel et, peut-être plus important encore, je veux terminer le travail. Je veux faire partie [de l'effort] pour ramener un championnat à Toronto et au Canada.

Mark Shapiro, président des Blue Jays

Je suis très reconnaissant de la chance que j'ai. J'adore vivre ici et y travailler aussi. Ça a changé notre vie, à moi, ma femme et mes enfants.

Sous sa gouverne, les Blue Jays ont remporté un titre de division en 2016 avant d'entamer une reconstruction complète de leur formation par l'entremise du repêchage. En 2020, l'équipe a effectué un retour en séries éliminatoires, menée par Vladimir Guerrero fils, Cavan Biggio et Bo Bichette, entre autres.

Je serai ici jusqu'à ce que je n'y sois plus, mais je m'attends – en me basant sur mon désir de demeurer avec l'équipe et le sentiment de mes patrons – à ce que ce soit encore le cas.

Précédemment, Shapiro a œuvré à titre de directeur général, puis de président des Indians de Cleveland entre 2001 et 2015.

Optimiste quant à un retour des Blue Jays à Toronto

L'équipe de la Ville Reine ignore toujours si elle sera en mesure de disputer ses matchs locaux au Centre Rogers en 2021. Cela dit, le président des Blue Jays se dit optimiste et plein d'espoir quant à cette possibilité.

Des joueurs des Blue Jays célèbrent leur entrée en séries.

Les Blue Jays de Toronto ont effectué un retour en séries éliminatoires en 2020.

Photo : Getty Images / Timothy T Ludwig

En me basant sur les informations que nous avons tous, je sens que la situation se sera suffisante aux yeux de la santé publique pour permettre la réouverture de la frontière (entre le Canada et les États-Unis) à un certain point durant la prochaine saison de baseball.

Mark Shapiro, président des Blue Jays

Au cas où l'équipe ne pourrait pas jouer au Canada l'an prochain, Shapiro n'exclut pas un retour à Buffalo, où les Blue Jays ont élu domicile en 2020. Toutes les avenues seront étudiées, assure-t-il.

Place à l'amélioration

À la lumière des performances de l'équipe lors de la saison écourtée du baseball majeur, Mark Shapiro note deux aspects dans lesquels l'équipe devra assurément faire ses devoirs. Selon lui, c'est en défense et au monticule que le manque d'aide se fait le plus criant.

Je regarde ce qu'on a été en mesure d'accomplir cette saison en dépit de défis importants en défense et en termes de prises lancées, et je me dis que si Ross (Atkins) et le reste de notre personnel sont en mesure de nous aider de ce côté, en plus des progrès naturels qui viendront dans les autres aspects du jeu, ce sera bien pour l'an prochain, a-t-il dit.

On ne veut pas seulement s'améliorer en défense, il faut s'améliorer dans cet aspect du jeu!

Mark Shapiro, président des Blue Jays

D'ailleurs, Shapiro ne croit pas que la fermeture de la frontière entre le Canada et les États-Unis, qui n'a d'impact que sur les activités des Blue Jays dans la MLB, nuira à la candidature de l'équipe auprès d'un joueur autonome cet hiver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !