•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pisciculture près des îles Discovery : une étude contredit Pêches et Océans

Un saumon atlantique qui saute.

Le saumon Atlantique est une espèce que l'on retrouve souvent dans les fermes d'élevage de saumons.

Photo : getty images/istockphoto / Wild & Free

Une nouvelle étude de l'Université de Toronto contredit Pêches et Océans Canada quant à l'impact des fermes d'élevage de saumon des îles Discovery sur la migration du saumon rouge dans le fleuve Fraser.

Des chercheurs de l'Université de Toronto se sont penchés pendant trois ans sur l'ADN d'agents pathogènes dans les eaux de la Colombie-Britannique.

Conclusion : les scientifiques ont trouvé une présence élevée de matériel génétique de ces agents pathogènes près des activités d’aquaculture.

Les chercheurs indiquent que la présence de saumons d'élevage dans l’océan vient plus que doubler les possibilités de trouver du matériel génétique d'agents pathogènes qui risquent ensuite d’infecter les saumons sauvages.

Un des auteurs de l'étude, le doctorant en écologie et biologie à l'Université de Toronto, Dylan Shea, affirme que ces résultats viennent attester que la gestion des fermes d'élevage de saumons n'est pas sans effets sur la protection du saumon sauvage.

La présence de ce matériel génétique nous laisse penser que le saumon sauvage est plus à risque d’attraper une maladie infectieuse près d’une ferme d’élevage.

Dylan Shea, doctorant en écologie et biologie, Université de Toronto

En tout, 39 microorganismes qui peuvent infecter le saumon sauvage ont été étudiés, 22 d’entre eux ayant été détectés dans les eaux de la côte ouest.

C’est une étude particulièrement intéressante parce qu’elle utilise une méthode simple et efficace qui vient attester de la présence de ces agents pathogènes dans nos eaux.

Arne Mooers, professeur de biologie, Université Simon Fraser

Des chercheurs de Pêches et Océans Canada ont aussi participé à l'étude, publiée mercredi dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.

Cet automne, le ministère fédéral a autorisé 18 piscicultures à poursuivre l’élevage de saumon dans les eaux des îles Discovery jusqu'en décembre. Ces élevages auraient normalement dû cesser leurs activités le 30 septembre dernier pour faire suite à la recommandation 19 de la Commission d’enquête Cohen à moins que Pêches et Océans ne puisse démontrer que leur présence « pose tout au plus un risque minime de préjudice grave pour la santé du saumon rouge du Fraser en migration ».

Recommandation 19

Le 30 septembre 2020, le ministre des Pêches et des Océans doit interdire la salmoniculture en filet dans les îles Discovery à moins d’être convaincu que cette pratique pose tout au plus un risque minime de préjudice grave pour la santé du saumon rouge du Fraser en migration. La décision du ministre doit résumer l’information sur laquelle elle repose et comprendre des justifications détaillées. Cette décision doit être affichée sur le site web du ministère des Pêches et des Océans.

Source : Pêches et Océans Canada

Quand il a annoncé le sursis de trois mois pour les piscicultures des îles Discovery, Pêches et Océans Canada a affirmé que le transfert des agents pathogènes des élevages de saumon de l’Atlantique représentait un risque minimal pour l’abondance et la diversité du saumon rouge du fleuve Fraser, en migration dans la région.

Avec des informations de Bethany Lindsay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !