•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La ville de Montréal vue d'une gare de triage.

La collapsologie est un courant de pensée selon lequel nos sociétés seraient sur le point de s'effondrer.

Photo : Radio-Canada / François Dubuc

Radio-Canada

Notre civilisation est-elle en train de s’effondrer? C'est ce qu’avance la collapsologie, un courant de pensée qui suscite de vives discussions. 

Changements climatiques, perte de biodiversité, crises sanitaires ou économiques, épuisement des ressources : autant de menaces qui poussent les collapsologues à croire que les sociétés industrielles seraient au bord du gouffre. Bien qu'elle s'appuie sur les conclusions de plusieurs disciplines scientifiques, la collapsologie n'est pas une science. Et si les scientifiques nous mettent en garde contre certaines menaces auxquelles l’humanité fait face, personne ne peut prédire un effondrement.

La collapsologie permet néanmoins à certaines personnes d'exprimer leur écoanxiété, de se rassembler autour d'objectifs de décroissance et d'imaginer un nouveau monde. Ces  collapsonautes  se tournent souvent vers de petites communautés qui souhaitent être plus autonomes, en produisant leur nourriture, par exemple.

Cette vidéo explicative est le premier volet d'une série sur le thème de la fin du monde. Dans le prochain épisode, Carbone vous proposera des rencontres avec des personnes qui ont changé leur mode de vie au contact de la collapsologie.

Carbone parle d'environnement autrement pour répondre aux préoccupations citoyennes. De la vulgarisation scientifique aux enjeux qui touchent le quotidien des Canadiens, les vidéos de Carbone explorent une diversité de problématiques et de défis pour faire des choix plus éclairés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !