•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chef de Québec 21 veut rencontrer le nouveau DG du Grand Marché

Jean-François Gosselin devant un écran et deux drapeaux de la Ville.

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin

Photo : Radio-Canada

Jean-François Gosselin souhaite connaître le plan de relance pour que le Grand Marché soit un succès.

Le chef de l'opposition officielle a envoyé mardi une demande formelle à Jean-Paul Desjardins, le directeur général intérimaire du Grand Marché.

En entrevue à Radio-Canada, le nouveau venu a exprimé le désir de mettre rapidement en place des activités pour attirer la clientèle et dynamiser les lieux. Le Grand Marché de Noël sera le premier test.

Mes attentes sont élevées, souligne Jean-François Gosselin lors d'un point de presse.

Même s'il sollicite une rencontre avec le directeur intérimaire, il reste persuadé que c'est le maire Labeaume qui a le dernier mot sur tout.

J'espère que personne à Québec ne croit que ce n'est pas le maire Labeaume qui décide, réagit-il, sourire aux lèvres.

Étude cachée

L'opposition officielle a dévoilé une étude commandée il y a 10 ans par l'administration Labeaume qui démontre que le site du Vieux-Port était le meilleur pour accueillir un Grand Marché. Le site d'ExpoCité avait été évalué à l'époque. Il arrivait en 4e position.

Nous avons la preuve irréfutable qu'il s'agissait d'un choix politique et non d'un choix logique [de déménager le marché du Vieux-Port], affirme Jean-François Gosselin qui déplore du même souffle le manque de transparence de l'administration Labeaume.

Pourquoi le maire de Québec n'a pas suivi la recommandation de conserver le marché au Vieux-Port. Et pourquoi avoir caché cette étude pendant 10 ans, ajoute-t-il.

Le chef de Québec 21 veut que le maire de Québec s'explique et qu'il rende public le plan de relance du Grand Marché. Jean-François Gosselin estime que Régis Labeaume fait preuve d'un manque de leadership.

Si j'étais maire demain matin, je débarquerais au Marché. Je demanderais un CA d'urgence pour savoir ce qu'il se passe. Ce serait du leadership, contrairement à Régis Labeaume qui a essayé de pousser la direction du Grand Marché sous l'autobus alors que c'est lui qui a pris toutes les décisions jusqu'à maintenant.

Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

Jean-François Gosselin répète qu'il souhaite que le Grand Marché soit une réussite. Le Grand Marché, on ne peut pas le déplacer sur des roulettes. Il est là, il faut que ce soit un succès.

Le choix du site

Un petit retour en arrière permet de mettre cette étude en perspective. En 2009, l'administration Labeaume cherche un nouveau site pour le marché du Vieux-Port. À l'époque, elle en fait évaluer une dizaine par la firme IBI-DAA. L'étude conclut que le Vieux-Port est le meilleur endroit. La Ville refait donc ses plans et imagine un projet de modernisation plutôt modeste.

Il est question de refaire la façade, de changer les portes de garage et de réaménager l'intérieur. Les aménagements auraient coûté entre cinq et six millions de dollars.

Mais le comité exécutif reste sur sa faim. Il demande aux équipes de la Ville d'aller encore plus loin. L'idée de refaire tout au complet jaillit. On parle d'un projet signature qui allait permettre une ouverture du marché à l'année et l'ajout de boutiques spécialisées.

Par la suite, des problèmes de contamination du sol et le manque d'espaces de stationnement ont plombé le projet.

En 2015, tout bascule. Pour dynamiser le secteur d'ExpoCité, un groupe dirigé par Daniel Gélinas recommande l'aménagement d'un marché public tout près du Centre Videotron.

Réplique du maire

En réplique à Québec 21, le maire Régis Labeaume estime que si l'on avait refait l'étude en 2015, « le site d'ExpoCité aurait terminé au premier rang en raison des développements qu'il a connus entretemps. » Par courriel, il ajoute que « la solution du Grand Marché est supérieure et de loin, pour les décennies à venir. »

Le maire croit que la prise de position de Québec 21 nuit aux commerçants et aux marchands du Grand Marché qui « travaillent à en faire une réussite. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !