•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services de police autochtones officiellement reconnus en Alberta

Panneau avec le nom du service de police écrit en anglais et en cri.

Le Service régional de police de Lake Shore dessert les cinq communautés cries vivant autour du Petit lac des Esclaves.

Photo : Service régional de police de Lake Shore

Audrey Neveu

Le ministre de la Justice de l'Alberta a déposé un projet de loi mercredi pour donner un statut officiel aux services de police autochtones de la province, qui ne sont mentionnés nulle part dans la loi albertaine sur la police.

Le ministre Kaycee Madu travaille d’ailleurs sur une révision complète de cette loi. Selon lui, le projet de loi 38 placera les services de police autochtones sur un pied d’égalité avec les services municipaux et la Gendarmerie royale du Canada.

L’Alberta compte trois services de police autochtones : celui de la Première Nation Blood, dans la région de Lethbridge, celui des Tsuut’ina, au sud-ouest de Calgary, et le Service de police régional de Lake Shore, qui dessert les communautés autochtones vivant autour du Petit lac des Esclaves, dans le nord de la province.

Les services de police autochtones auraient désormais le pouvoir de donner des amendes pour faire respecter les règlements de leur territoire. Le chef d'un service de police autochtone pourra également faire prêter serment à ses agents, un pouvoir réservé au ministre de la Justice habituellement.

Le projet de loi 38 prévoit également quelques modifications au système de justice, comme l’envoi de sommations de manière électronique. Il autoriserait aussi que des référendums et des élections sénatoriales aient lieu en même temps que des élections municipales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !