•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme de formation d’ambulanciers en milieu rural suspendu pour un an

Soins communs Manitoba et le Collège Red River sont en pourparlers, aucun des ambulanciers formés par le programme depuis cinq ans n'ayant pu exercer sur le terrain jusqu'ici.

Des ambulances manitobaines.

Les ambulanciers paramédicaux formés aux soins avancés dans les milieux ruraux depuis 2015 au Manitoba ne travaillent pas (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le programme de formation d’ambulanciers aux soins paramédicaux avancés dans les communautés rurales du Manitoba est suspendu pour un an. Le gouvernement manitobain a investi 100 millions de dollars dans ce programme, mais Soins communs Manitoba n’a pas mis en place de plan pour employer les techniciens ainsi formés.

La formation en soins avancés est pilotée par le Collège Red River. Elle est censée rehausser le niveau d’intervention des ambulanciers paramédicaux en zone rurale. Les travailleurs paramédicaux en soins avancés occupent le sommet de la profession paramédicale au Manitoba. Ils peuvent fournir des soins avancés de réanimation, des procédures de soins respiratoires et cardiaques et peuvent administrer un grand nombre de médicaments.

En tout, 40 ambulanciers paramédicaux travaillant en zone rurale ont obtenu leur diplôme du programme qui a débuté en 2015, mais aucun d’eux n’a pu exercer sur le terrain les nouvelles compétences acquises. De plus, 35 des diplômés sont retournés travailler comme ambulanciers de soins primaires ou intermédiaires, tandis que les 5 autres ont déménagé dans d'autres provinces.

L’organisme Soins communs Manitoba chargé de la planification et de la prestation des soins médicaux d’urgence à travers la province n’a pas créé de classification ni de structure de rémunération pour faciliter l'emploi des diplômés.

Le coordinateur scolaire et instructeur des programmes paramédicaux au Collège Red River, Philippe La Rivière, en attribue la cause au manque de leadership du gouvernement à plusieurs niveaux.

Une grande partie du travail qui aurait dû être fait il y a 5 ou 6 ans, avant le lancement du programme, n'a pas eu lieu.

Une citation de :Philippe La Rivière, coordinateur scolaire et instructeur des programmes paramédicaux au Collège Red River

Dans un courriel envoyé à CBC, Soins communs Manitoba indique être en discussion avec le Collège Red River à la fois au sujet de la formation initiale des paramédicaux de soins et du soutien nécessaire pour maintenir les compétences cliniques sur une base continue une fois qu'ils ont obtenu leur diplôme.

Soins communs Manitoba ajoute que, si l'admission en première année est suspendue pendant un an, les étudiants de deuxième année pourront toujours terminer leurs études.

Frustration dans les rangs

Au Manitoba, des dizaines d’auxiliaires médicaux paient des frais de scolarité de 15 000 $ pour suivre le programme de deux ans, sans aucune possibilité d’appliquer ce qu’ils ont appris.

Michael MacKenzie, qui était ambulancier à Beausejour, dans le nord-est du Manitoba, a terminé la formation en octobre 2019, mais il est retourné à son travail de paramédical de soins intermédiaires.

On a toute cette formation, on reconnaît un problème, on sait que, si l'employeur nous laissait faire, on pourrait faire quelque chose pour soulager un problème, pour faire disparaître un symptôme, pour, disons, maintenir la vie, et, et c'est frustrant, on ne peut pas le faire.

Une citation de :Michael MacKenzie, diplômé du programme de formation aux soins paramédicaux avancés du Collège Red River
Michael MacKenzie, debout, devant un mur.

Plusieurs diplômés du programme de formation aux soins paramédicaux avancés ont dû quitter la province parce qu'ils ne sont pas employés au Manitoba.

Photo : Michael MacKenzie

Les trois quarts des 1650 paramédicaux du Manitoba offrent des soins primaires, dont le soutien vital de base, la stabilisation des blessures et des fractures et l’administration de certains médicaments.

La province compte 200 ambulanciers paramédicaux de soins avancés. Parmi eux, 140 travaillent pour le service paramédical des pompiers de Winnipeg, 25 travaillent pour des entreprises privées, et 35 sont les diplômés du Collège Red River qui n'ont actuellement pas de travail.

Selon l'Association paramédicale du Manitoba, à l'heure actuelle, lorsqu'un patient dans un état critique doit être transporté à Winnipeg et que l’ambulance aérienne ne peut pas intervenir, un médecin doit l'accompagner.

Ce médecin part, et l'hôpital ferme, s'indigne Rebecca Clifton, directrice administrative de l’Association des ambulanciers paramédicaux du Manitoba. Si un paramédical qualifié en soins avancés pouvait plutôt accompagner le patient, cela permettrait que le médecin reste et que l'hôpital reste ouvert.

Pour combler des lacunes, la province fait appel à 300 auxiliaires médicaux de soins intermédiaires.

Philippe La Rivière relève que d'autres provinces, comme l’Ontario, utilisent depuis des années les services de soins paramédicaux avancés dans les communautés rurales. Selon lui, le Manitoba peut en faire autant.

Comme la saison de la grippe est à nos portes, ils pourraient nous administrer des vaccins antigrippaux, et une fois que nous aurons un vaccin pour la COVID-19, nous pourrions facilement le faire.

Le fait d'avoir ces ambulanciers de soins avancés en milieu rural est extrêmement bénéfique, car les hôpitaux ne sont pas aussi proches qu'ils le sont dans la ville de Winnipeg, dit Rebecca Clifton.

Une source d’espoir

Soins communs Manitoba a l’intention de remplacer progressivement les ambulanciers paramédicaux de soins intermédiaires par les ambulanciers paramédicaux de soins avancés dans le cadre de la transformation du système de santé du Manitoba.

L’Association des ambulanciers paramédicaux du Manitoba a créé un comité ad hoc composé de six ambulanciers paramédicaux de soins avancés de toute la province, qui se penchent sur les propositions à faire à Soins communs Manitoba.

Il est regrettable pour les paramédicaux de devoir faire cela pour montrer essentiellement leur valeur, mais ils veulent pouvoir montrer qu'ils peuvent être utilisés, explique Rebecca Clifton.

Il y a deux ans, la province a créé le College of Paramedics of Manitoba afin de réglementer la profession d’ambulancier. Mais il n'est pas encore fonctionnel parce que les règlements requis par la loi sur les professions de santé réglementées n'ont toujours pas été promulgués et ne sont pas entrés en vigueur.

Michael Mackenzie espère qu’un tel outil aura suffisamment d'influence pour changer la situation.

Avec les informations de Caroline Barghout

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !