•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ça me donne des frissons » : un nombre record de Texans votent par anticipation

Dans cet État traditionnellement acquis aux républicains, plus de 5 millions d’électeurs ont déjà voté. Cela constitue plus de la moitié du nombre total de votes lors de la précédente élection présidentielle.

Des électeurs attendant devant le centre American Airlines, dans le centre-ville de Dallas.

Plus de 5 millions de Texans ont voté par anticipation.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

En temps normal, c’est pour assister à une partie de hockey ou de basketball que les habitants de Dallas se rendent au centre American Airlines, au cœur de la ville.

Ces jours-ci, les électeurs s’y rendent plutôt pour se prononcer sur la course présidentielle.

Habituellement, je vote le jour du scrutin, mais cette fois-ci, je voulais venir plus tôt, juste pour être certain, lance AJ, un jeune électeur, qui explique que le processus n’a pris qu’une quinzaine de minutes.

AJ porte le masque.

AJ, un électeur du Texas, se déplace habituellement le jour du vote, mais cette année, il a préféré voter par anticipation.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Dès 7 h, avant même le lever du soleil, les électeurs vont et viennent à l'entrée du complexe sportif, où des mesures de distanciation physique ont été mises en place pour éviter la propagation du coronavirus.

S’ils le veulent, les citoyens peuvent même voter à bord de leur voiture. Après avoir validé leur identité, un employé du comté approche de la fenêtre de leur véhicule la machine qui permet de remplir le bulletin de vote électronique.

Au centre-ville de Dallas, il est possible de voter à partir de sa voiture.

Au centre-ville de Dallas, il est possible de voter en restant en voiture.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

À Dallas, près de 450 000 électeurs se sont déjà prononcés pour l'instant, que ce soit en personne ou par la poste. Ils sont plus de 5 millions à l’avoir fait à l’échelle de l’État.

Participation record, malgré des obstacles

Ça me donne des frissons, lance l’électeur Rich Franzen quand il évoque le nombre massif de Texans qui se sont déjà prévalus de leur droit de vote.

J’aimerais que ce soit encore plus simple. Le Texas n’est pas l’État où le vote est le plus accessible.

Rich Franzen, un électeur de Dallas

Bien qu’il ait étendu la période de vote par anticipation d’une semaine supplémentaire, le gouverneur républicain du Texas a fait l’objet de critiques pour certaines décisions qui compliquent l’accès au vote.

Une affiche indiquant l'endroit où déposer un bulletin postal à Dallas, au Texas.

Au Texas, il n'y a qu'une seule boîte par comté dans laquelle les électeurs peuvent déposer leurs bulletins postaux.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Dans cet État, où le vote par correspondance n’est pas permis à tous, le gouverneur a limité à une seule par comté le nombre de boîtes sécurisées dans lesquelles les électeurs peuvent déposer leur bulletin postal.

Dans un comté comme celui de Dallas, cela signifie une boîte pour 1,4 million d’électeurs. Dans le comté de Harris, qui englobe la ville de Houston, près de 2 millions et demi de personnes doivent se partager la même boîte.

Puis, malgré la pandémie, l’administration du Texas a refusé d’imposer le port du masque dans les bureaux de scrutin, une décision critiquée par les démocrates.

Le Texas est en train de changer

À Denton, en banlieue de Dallas, les électeurs répondent malgré tout à l’appel. Plus de 40 % d’entre eux ont déjà voté.

Des affiches électorales près d'un bureau de vote au Texas.

Les républicains conservent une base solide au Texas, où les démocrates espèrent faire des percées.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Dans ce comté que Donald Trump a remporté avec un peu plus de 50 % des voix en 2016, les démocrates espèrent que cette mobilisation importante leur sera bénéfique.

Le camp Biden pourra à tout le moins compter sur l’appui de Lexy, une étudiante universitaire qui a voté pour la première fois.

L’élection de 2016 était tellement importante, mais j’étais trop jeune pour voter. Ce sera ma première grosse élection, se réjouit-elle, citant des enjeux comme l’égalité raciale et la santé pour justifier son appui aux démocrates.

Des étudiantes se déplacent en groupe.

Des étudiantes universitaires du comté de Denton, au Texas, ont marché de leur campus à un bureau de vote.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Une jeune électrice, qui a participé à une marche avec des dizaines d’autres étudiantes entre son campus et un bureau de vote lundi soir, dit constater que tout le Texas est en train de changer.

Un peu plus loin, devant le bureau de vote, Lori, une républicaine de longue date, admet que son État subit une transformation, pour laquelle elle blâme de nouveaux habitants qui déménagent au Texas et qui amènent leurs problèmes avec eux.

Dans un État que le président Trump a gagné avec neuf points de pourcentage sur son adversaire démocrate en 2016, Lori est convaincue que la base des deux partis est mobilisée.

Beaucoup de gens sortent, particulièrement en année présidentielle. Ça ne me surprend pas. Les gens sont passionnés.

Lori, une militante républicaine de Denton, au Texas
Lori derrière une affiche partisane.

Lori, républicaine de longue date, estime que les bases des deux partis sont mobilisées.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Devant ce bureau de vote, William, un électeur indépendant dont la priorité cette année est de mettre fin à la division, se réjouit du degré de motivation de ses concitoyens.

C’est bien, parce que les Américains ne votent pas assez, dit-il.

Au Texas, moins de 50 % des électeurs ont participé au processus électoral il y a quatre ans. Le phénomène auquel on assiste fait donc émerger une question : persistera-t-il après l’élection de 2020?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !