•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre de prévention des surdoses de Yaletown sera construit

L'immeuble du 1101, rue Seymour, à Vancouver.

Le centre sera situé au 1101, rue Seymour, en face du parc Emery-Barnes.

Photo : Kevin Li / CBC

Radio-Canada

La Ville de Vancouver a finalement approuvé le projet de centre de prévention de surdoses de Yaletown, après un long débat entre ceux qui soutiennent le projet et les résidents qui s’inquiètent de voir ce centre s’établir devant un parc populaire du quartier.

Plus d’une centaine de personnes se sont inscrites afin d’exprimer leur opinion sur la création du centre.

Le projet a été approuvé par 7 voix contre 4 avec les conseillers du parti Non-Partisan Association (NPA) se présentant contre le projet du centre.

Le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, a publié les résultats du vote sur Twitter et réitéré son soutien au projet. Il est satisfait que le conseil municipal ait écouté les scientifiques pour accepter le projet.

Les conseillères municipales Sarah Kirby-Yung, Melissa De Genova et Lisa Dominato, toutes trois contre le projet, exigeaient un plus grand engagement communautaire de la part des résidents qui vivent au centre-ville au sud de l'avenue Granville. Elles ont réclamé, en vain, que le conseil municipal considère d’autres options.

Certains résidents du quartier Yaletown jugent que le centre, qui sera situé au 1101, rue Seymour, est trop près du parc Emery-Barnes, qui se trouve de l'autre côté de la rue.

Les défenseurs du centre assurent toutefois qu'il réduira le nombre de personnes qui consomment des drogues illégales dans les rues. Les personnes seront à l’intérieur du bâtiment, où elles seront supervisées, ce qui sauvera leur vie.

Les dernières données du Service des coroners de la Colombie-Britannique révèlent que 127 personnes ont perdu la vie en septembre en raison d’une surdose, ce qui porte le nombre total de décès à plus de 1200 depuis janvier.

Une femme assise au parc Oppenheimer, à Vancouver.

Durant la pandémie, plusieurs personnes ont quitté le village de tentes situé au parc Oppenheimer pour s’établir dans l’hôtel de l’avenue Granville et du West End que le gouvernement provincial avait acheté.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Selon le conseiller municipal du Parti vert, Pete Fry, la Ville aurait pu mieux présenter l’idée au public.

Nous aurions dû être plus proactifs pour présenter ce plan au public et anticiper les discussions au sujet de cet endroit. Nous aurions pu ainsi éviter beaucoup de polarisation, de stigmatisation et de remarques mal informées qui sont ressorties dans les discussions, estime-t-il.

Avec les informations de Meera Bains

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !