•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'augmentation marquée de demandes d'aide à l'organisme JEVI

Un homme pensif devant un fond rouge et noir.

L'Estrie n'a pas connu de hausse marquée de demande d'aide.

Photo : Getty Images / pascalgenest

Radio-Canada

Alors que certaines régions du Québec connaissent une hausse de 30 % des demandes d’aide en prévention du suicide, l’Estrie fait bande à part et ne connaît pas d’augmentation marquée.

L’automne est habituellement une période occupée pour l’organisme JEVI - Centre de prévention du suicide Estrie, notamment parce que certaines personnes sont touchées par le temps morose et la baisse de luminosité. Toutefois, la pandémie n’a pas entraîné un achalandage accru des demandes d’aide, soutient Tania Boilar, directrice générale de JEVI.

Difficile d’expliquer pourquoi la région échappe à cette tendance. Il peut y avoir des différences au niveau de la connaissance de l’organisation. Est-ce que la population connaît les services ? Il peut y avoir une multitude de raisons.

Ici, on se maintient assez bien.

Tania Boilar, directrice générale de JEVI Centre de prévention du suicide Estrie

Si la COVID-19 ne fait pas augmenter le nombre d’appels, le stress et les impacts négatifs liés à la pandémie font toutefois partie des raisons principales pour lesquelles les gens téléphonent à JEVI.

Cela fait beaucoup partie du discours des appelants [...] Ces jours-ci, c’est beaucoup lié aux pertes d’emploi. Beaucoup d’inquiétudes au niveau des finances personnelles, on l’entend régulièrement. Des inquiétudes financières, au niveau du sentiment de solitude et d’isolement.

Écoutez l'entrevue complète de Mathieu Beaumont avec Tania Boilar, à Vivement le retour.

Une augmentation du nombre d’appels dans les centres de prévention du suicide n’est toutefois pas de mauvais augure, souligne Tania Boilar. Selon elle, cela peut vouloir dire que les gens en détresse appellent davantage pour chercher de l’aide, et cela permet d’agir rapidement en amont.

On peut les accompagner plus tôt dans le processus et éviter des passages à l’acte.

Par ailleurs, la directrice souligne que les équipes sont fin prêtes faire face à une recrudescence des appels, particulièrement si la demande augmente pendant la période des Fêtes.

Si on voit qu'il y a une recrudescence, on sait exactement vers quoi on s'enligne pour répondre à l'ensemble des demandes d'aide. Il ne faut pas que les gens hésitent, il n'y aura pas d'attente. On est prêt.

Besoin d'aide pour vous ou un proche?

Ligne québécoise de prévention du suicide : 1 866 APPELLE (277-3553).

JEVI – Centre de prévention du suicide – Estrie : 819 564-1354

Ces services sont disponibles 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

Des outils sont aussi proposés aux Québécois sur le site commentparlerdusuicide.com (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !