•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Calgary : l’hiver sera difficile pour les propriétaires touchés par la grêle

Une moto et des voitures sont garées dans une rue de Calgary remplie de grêlons.

Une tempête de grêle est tombée dans le nord-est de Calgary.

Photo : Fournie par Candeena Langan

Radio-Canada

Des milliers de maisons du nord-est de Calgary qui n’ont toujours pas été réparées après la tempête de grêle de juin pourraient subir des dommages supplémentaires avec l’hiver, estime un expert.

La violente tempête avait détruit les revêtements extérieurs, les toits et les fenêtres des maisons, causant 1,5 milliard de dollars en dommages.

Depuis juin, moins de la moitié des 70 000 réclamations d'assurance soumises ont été résolues et des centaines de maisons attendent toujours d’être réparées.

Le revêtement fait partie intégrante de la maison, tout cela fonctionne comme un système de protection, lance Darcy McGregor, un inspecteur en bâtiment à Calgary depuis plus de 30 ans.

Un montage photo de deux maisons avec le revêtement extérieur arraché.

Les maisons situées dans le nord-est de Calgary ont été les plus ravagées par la tempête.

Photo : Ali Cantor-Proulx/Tamse Deguzman

Une exposition aux éléments à court terme est acceptable, mais ce n’est pas idéal. Pour l’isolation, en général c’est assez résistant, mais ce n'est pas à l'épreuve de tout et cela finit par se détériorer, ajoute Darcy McGregor qui prévoit que l’hiver va amener un nouveau lot de problèmes pour les propriétaires.

Le plus long, ça dure, ça va éventuellement commencer à pourrir et c’est quelque chose qu’il faut éviter , explique Darcy McGregor.

Les fenêtres qui ont été recouvertes avec des panneaux de bois peuvent causer des problèmes de froid et d’humidité, selon M. McGregor. Par contre, l’expert juge que les bardeaux de toit endommagés ne représentent pas un problème urgent, à moins que le toit soit troué ce qui pourrait entraîner des fuites.

Pas de couverture

De nombreux résidents touchés ont découvert que leurs polices d'assurance ne les couvraient pas, d'autres disent qu'ils ne peuvent pas se payer les franchises ou le coût des réparations.

Darcy McGregor recommande de poser des bâches, si aucune autre option n’est disponible.

Si vous ne pouvez pas vous permettre des réparations, vous devez faire tout ce que vous pouvez pour protéger les choses du mieux que vous pouvez , dit-il.

Des résidents du nord-est affirment que la réponse de la province a été trop limitée comparée à l’ampleur des besoins.

Le niveau de stress a vraiment monté, lance Muhammad Rizwan, dont la maison a été abîmée. Nous sommes très déçus par le gouvernement provincial.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !