•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des déménagements d'aînés en CHSLD jugés « inhumains »

Privés de téléphone ou obligés de plier bagage en fin de vie pour faire de la place à des patients d'hôpitaux.

Une femme derrière une vitre au CHSLD Marcelle-Ferron.

Au CHSLD Marcelle-Ferron, des aînés atteints de la COVID ont été placés dans des chambres sans téléphone, ce qui leur a fait perdre le lien avec leur famille.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Roland Fougère, 82 ans, souffre d'un cancer des os en phase terminale et reçoit des soins palliatifs au Centre d'hébergement Champlain, à Montréal. Il vient d'apprendre qu'il doit déménager dans un autre CHSLD d'ici décembre, car le réseau de la santé a besoin de sa chambre.

On est choqués d'avoir été mis devant le fait accompli, dit sa femme Elaine. Mon mari a des amis dans le CHSLD, il s'est habitué aux infirmières.

Dans l'établissement, ce sont les 22 résidents du premier étage qui doivent déménager. Denise Bondoux, 83 ans, en fait partie. Elle réside au CHSLD Champlain depuis six ans.

Elle est très stressée par ce changement, raconte sa fille, Kim Robertson.

On leur impose, sans égard à leur état de santé. C'est vraiment injuste, surtout durant une pandémie.

Kim Robertson, fille d'une résidente contrainte à plier bagage

Le réseau de la santé souhaite accueillir à leur place des patients d'hôpitaux qui ont besoin de réadaptation avant leur retour à domicile suite à une opération importante, par exemple une fracture de la hanche.

L'objectif est aussi de faire de la place dans les hôpitaux en cas de dégradation de la pandémie de COVID-19 au Québec.

Il y a beaucoup de pression pour accueillir des clients qui sont dans les centres hospitaliers. [...] Ce n'est vraiment pas de gaieté de cœur qu'on demande aux gens de choisir un autre milieu de vie dans le quartier.

Marc Bessette, directeur adjoint des services ambulatoires et de l'accès au continuum SAPA (soutien à l'autonomie des personnes âgées) au CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal

Le CHSLD Champlain serait le seul endroit ayant les infrastructures et les services requis en réadaptation dans tout le secteur Sud-Ouest/Verdun.

Quatre choix de nouveaux CHSLD, dont deux en éclosion

Kim Robertson est d'autant plus frustrée que sa mère est actuellement dans un endroit qui n'a pas de cas de COVID.

Dans la lettre que les familles ont reçue le 6 octobre, on leur propose quatre choix d'établissement où faire emménager leur proche. On y retrouve le CHSLD Réal-Morel et le Centre d'hébergement de Verdun, tous deux affectés par des éclosions.

Au moment où on a fait les annonces, il n'y avait aucun cas de COVID dans ces centres, explique Marc Bessette, directeur adjoint des services ambulatoires et de l'accès au continuum SAPA (soutien à l'autonomie des personnes âgées) au CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal.

On va attendre que l'éclosion se termine, rassure-t-il. Il n'est pas question qu'on envoie sa mère dans un centre qui est considéré en éclosion.

Le CIUSSS assure que les familles ne sont pas laissées à elles-mêmes. Elles bénéficient d'un accompagnement psychosocial et tous les frais de déménagement et de réinstallation seront pris en charge.

« Pas souhaitable », selon la ministre responsable des Aînés

La ministre Marguerite Blais, à Québec.

La ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Selon nos informations, le CIUSSS n'est pas le seul à agir ainsi. Le réseau de la santé serait à la recherche de 130 places à libérer dans les CHSLD, pour Montréal uniquement.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux demande aux établissements de tout mettre en œuvre pour minimiser l’impact sur les personnes touchées par cette situation.

Les déplacements des résidents d’un CHSLD à un autre ne sont absolument pas souhaitables, indique le cabinet de la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais.

Les aînés en milieux d’hébergement ont besoin de stabilité. Ils ont besoin de demeurer près de leur proche et dans un environnement qui leur est familier.

Cabinet de la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais

Le cabinet de la ministre confirme qu'un suivi sera fait auprès du CIUSSS afin de s’assurer qu’aucun moyen n’est négligé pour accommoder les résidents et leur famille.

Des aînés privés de téléphone

Entrée du CHSLD Marcelle-Ferron

Au CHSLD Marcelle-Ferron, 39 résidents sont positifs à la COVID.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Autre CHSLD, autre problème lié aux déplacements d'aînés. À Brossard, le CHSLD Marcelle-Ferron fait face à une importante éclosion, qui est restée dans l'ombre durant deux semaines.

Des familles de résidents déplacés dans une zone chaude de l'établissement pour réunir les aînés infectés ont contacté Radio-Canada pour se plaindre d'être sans nouvelles de leurs proches.

Les malades de la COVID ont été déplacés dans des chambres sans téléphone. Impossible de communiquer avec lui depuis 8 jours, nous écrit une proche qui a préféré qu'on taise son nom.

Diane St-Onge a aussi été sans nouvelles de sa mère de 92 ans, très fragilisée mentalement, durant plusieurs jours.

On me disait que c'était impossible de lui parler, parce que le téléphone ne se rendait pas. Je trouve ça profondément inhumain.

Diane St-Onge, fille d'une résidente du CHSLD Marcelle-Ferron

Si on ne l'appelle pas tous les jours, elle se sent abandonnée. Je crains qu'elle se laisse aller vers la mort, explique sa fille. J'ai dû faire des pressions, appeler sans arrêt, me battre... pour enfin pouvoir lui parler.

Le CISSS de la Montérégie-Centre, dont dépend l'établissement privé conventionné, indique ne pas avoir d'information concernant l'accès au téléphone pour les résidents en zone rouge.

Selon nos informations, le personnel sur place s’assure de garder les proches informés de l’état de santé des résidents, écrit la porte-parole Sara-Ève Tremblay.

Des visites de nouveau permises, après un article de Radio-Canada

Le CHSLD Marcelle-Ferron avait aussi interdit les visites aux proches aidants en raison de l'éclosion, malgré la directive du ministère de la Santé et des Services sociaux qui demande de les maintenir.

L'information révélée par Radio-Canada, lundi matin, a fait changer les choses, puisque le CISSS confirme que les proches aidants peuvent visiter les résidents du CHSLD Marcelle-Ferron à la suite d’un rappel des directives du ministère. Les visites ont été reprises lundi matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !