•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le directeur général intérimaire du Grand Marché prêt pour un renouveau

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
74895E37-6CE9-4D90-80B4-1F845352658F

Le reportage de Louise Boisvert

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Félix Morrissette-Beaulieu

Une plus grande ouverture sur le monde et un grand marché de Noël : le nouveau directeur général par intérim a des idées pour développer le Grand Marché de Québec. Entretien avec Jean-Paul Desjardins, qui sera à la tête de l'établissement pour les prochains mois.

Je ne vous cache pas qu'il y a encore des choses à faire. C'est comme une jeune entreprise, lance le DG par intérim, qui s'estime tout de même en bonne position après le congédiement de l’ancien directeur, Daniel Tremblay.

Peu connu du public, M. Desjardins n’en est pas à ses premières armes. L’ancien consultant a déjà siégé à plusieurs conseils d’administration, comme ceux de l’Office du tourisme de Québec, des Grands feux Loto-Québec et de la Coopérative des horticulteurs de Québec, il y a 7 ans.

Jean-Paul Desjardins

Jean-Paul Desjardins

Photo : Radio-Canada

La pièce de résistance de son menu : augmenter le dynamisme au marché, qui attire davantage les jeunes familles et les 55 ans et plus. Il faut en amener d’autres.

On va essayer de diversifier l'offre, d'améliorer et d'amener des aspects internationaux. On va essayer que ce soit le plus possible animé et dynamique. On veut que ça soit humain.

Jean-Paul Desjardins, DG par intérim, Grand Marché de Québec.

Il rappelle que le Grand Marché compte sur un certain nombre d’acquis. On a une trentaine de commerçants ici qui sont dynamiques et qui ont de beaux produits, ajoute M. Desjardins.

Fort de ses visites de plusieurs grands marchés ailleurs dans le monde, M. Desjardins estime que son expérience pourra amener l'établissement un peu plus loin. On a des belles comparaisons à faire, mais il faut l’amener encore plus haut. C’est les gens de Québec qui vont l’animer.

Marché de Noël et plan de développement

Un grand marché de Noël verra le jour dans les prochaines semaines, de même qu'une programmation à l'intérieur. La direction entend aussi installer des étals à l'extérieur.

Une période de l’année qui fera du bien à la quinzaine de commerces qui ont dû fermer les portes durant le confinement au printemps, selon M. Desjardins.

En juillet dernier, la Coopérative a dû se résigner à demander l'aide de la Ville de Québec. En échange d'un prêt de 300 000 $, elle a dû embaucher une firme d'experts pour l'accompagner.

Un employé du Domaine de Lavoie attend derrière son kiosque.

La pandémie a forcé la fermeture temporaire de plusieurs commerces.

Photo : Radio-Canada / Félix Morrissette Beaulieu

Il y a des choses qui nous ont surpris, mais pas tant que cela. Des fois, on a besoin que d’autres nous le disent. Ça nous a confirmé ce qu’on pensait, dit-il sans préciser les recommandations de la firme.

Un plan de développement sera également lancé pour couvrir une période d’un an et demi. Dans six mois, huit mois, c'est ça la perspective. On n'est pas dans un train qui ne fonctionne pas. On est dans un train qui va moins vite, mais on va accélérer ce train-là.

Quant à savoir s’il avait carte blanche dans son poste pour assurer l’avenir du marché, le DG est sans équivoque : Si je n’avais pas eu les coudées franches, je ne l’aurais pas pris, conclut le DG par intérim.

Avec les informations de Louise Boisvert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !