•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil de Cogeco rejette l'offre bonifiée d'Altice et Roger

Le logo de Cogeco sur son site web.

Les deux conseils d'administration ont rejeté une offre évaluée à 11,1 milliards de dollars.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Presse canadienne

Les conseils d'administration de Cogeco et de Cogeco Communications ont rejeté unanimement mardi l'offre d'achat bonifiée présentée par l'américaine Altice USA et Rogers Communications, ont indiqué mardi les deux sociétés.

Après avoir essuyé un refus définitif avec une première offre évaluée à 10,3 milliards de dollars présentée au début de septembre, le tandem était revenu à la charge dimanche avec une offre de 11,1 milliards pour mettre la main sur l'entreprise québécoise fondée en 1957 et sa principale filiale.

La nouvelle offre non sollicitée a immédiatement été rejetée par Gestion Audem, la société familiale de Louis Audet. Or, cet appui est essentiel à une éventuelle transaction, puisque la firme contrôle Cogeco et Cogeco Communications grâce à ses actions à droit de vote multiple.

En effet, même si elle ne détient qu'une faible minorité des titres en circulation, la famille Audet contrôle 69 % des votes chez Cogeco et 82,9 % de ceux de Cogeco Communications, dont la valeur boursière est d'environ 6,2 milliards de dollars.

Dans un communiqué, les deux entreprises montréalaises ont notamment expliqué mardi que leurs conseils avaient tenu compte de la décision de la famille Audet et conclu qu'ils ne s'engageraient pas dans des discussions avec Altice et Rogers.

Pour leur part, Altice et Rogers ont fait savoir, dans une déclaration conjointe, que leur proposition convaincante qui récompenserait tous les actionnaires était en vigueur jusqu'au 18 novembre.

Altice USA cherche en fait à acquérir les activités américaines de Cogeco, regroupées dans sa filiale Atlantic Broadband, et sa proposition prévoit qu'elle revendra ses activités canadiennes à Rogers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !