•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un robot propulsé par l’IA remporte un prix de journalisme

Une pile de « Globe and Mail »

Le « Globe and Mail » utilise l'intelligence artificielle pour faire de l'agrégation de contenu.

Photo : La Presse canadienne / Graeme Roy

Radio-Canada

Dans la salle de presse du Globe and Mail, on trouve des journalistes et... un robot! Le journal canadien alimente Sophi Automation, une intelligence artificielle qui gère de manière autonome 99 % de son contenu. Elle le fait si bien qu’elle a remporté vendredi un prix à l'Online Journalism Award (Prix du journalisme web).

Les journalistes ont longtemps pensé que l’intelligence artificielle ne pourrait les remplacer. L’année 2020 leur apprend le contraire alors que Sophi Automation, un robot intelligent, vient de remporter le prix de la meilleure innovation technique au service des journalistes.

Rendre service aux journalistes, Sophi.io en fait sa vocation. Mais avant de pouvoir se mettre au travail, le robot a d'abord été formé par l'équipe éditoriale du Globe and Mail.

Intelligence collaborative

L’engin est capable de comprendre quelles sont les histoires pertinentes et où elles doivent être placées. Le robot examine comment chaque article est susceptible de contribuer à accroître ses recettes publicitaires tout comme son nombre d'abonnements.

Toutes les dix minutes, Sophi examine l'ensemble de notre contenu; chaque endroit où chaque histoire est promue; et toutes les façons dont notre public apprécie ce contenu. Elle trouve des histoires intéressantes qui méritent une plus grande promotion et met à jour chaque page de notre site web en conséquence.

The Globe and Mail

La technologie de reconnaissance faciale de Sophi Automation joue même un rôle dans les images choisies sur sa page d’accueil afin qu’elles reflètent la diversité.

Après avoir défini un certain nombre de paramètres, Sophi a même commencé à rédiger des articles sans aide.

La fin pour les journalistes?

Le Globe and Mail se veut tout de même rassurant : l’objectif n’est pas de remplacer les journalistes, mais bien de les libérer de certaines tâches pour qu'ils et elles puissent se concentrer sur des articles de fond.

Nous devions construire un système que notre rédaction pouvait facilement comprendre afin de l’entraîner et de faire confiance à son algorithme.

The Globe and Mail

Car non, l’intelligence artificielle ne peut (pas encore) remplacer l’apport humain à un reportage plus approfondi.

Avec les informations de Business Insider

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !