•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un début de session marqué par les débats sur la relance économique et la santé en Alberta

Dôme de l'Assemblée législative.

Les travaux ont repris mardi à l'Assemblée législative de l'Alberta.

Photo : Radio-Canada / Genevieve Tardif-Edm

Audrey Neveu

Les députés ont repris les travaux à l’Assemblée législative de l’Alberta alors que la relance économique, les emplois en santé et la pandémie de COVID-19 demeurent au premier plan.

Le menu législatif s’annonce chargé, car le leader parlementaire, Jason Nixon, veut présenter de 18 à 20 projets de loi pendant la session, qui devrait durer six semaines.

Le ministre des Finances, Travis Toews, a déposé le projet de loi 35 mardi, lequel prévoit notamment l’augmentation de la réduction du taux d’imposition des entreprises, de 12 à 8 %. La ministre de l’Énergie, Sonya Savage, a aussi déposé le projet de loi 36 pour encadrer l’industrie géothermique, une demande de longue date de l'industrie énergétique.

Le gouvernement prévoit également déposer des projets de loi pour accélérer la relance économique, réduire la bureaucratie dans l’industrie forestière et offrir plus de transparence aux parents en matière d’éducation de leur enfant.

La santé au coeur des conflits

Lors de la période de questions mardi après-midi, la chef de l’opposition néo-démocrate, Rachel Notley, a exigé à plusieurs reprises que le premier ministre assure à la population de l'Alberta qu’il n'ouvrira pas la porte à un système de santé privé, comme aux États-Unis. Les membres du Parti conservateur uni ont en effet appuyé une motion en ce sens lors de leur assemblée générale cette fin de semaine.

Jason Kenney a pour sa part répété à trois reprises que son parti avait signé une garantie en faveur d’un système de santé public.

Toutefois, il confirme la suppression de près de 11 000 postes à Services de santé Alberta, en bonne partie en raison de la privatisation de certains services, comme la buanderie, le nettoyage et la restauration.

Nous devons agir du côté des revenus, mais soyons honnête, il n’y a eu aucune fermeture d’urgences dans les régions rurales. Augmenter de 70 à 100 % la privatisation des services de buanderie ne plonge pas le système de santé dans le chaos, cela le rend seulement plus efficace, a affirmé le premier ministre lors de la période de questions.

Devant la demande de l’opposition de dévoiler des modèles prédictifs de la COVID-19 mis à jour, Jason Kenney a indiqué qu’il n’y en avait pas, parce que les modèles présentés au printemps s’étaient trompés à 95 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !