•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Assemblée nationale souligne « la contribution exceptionnelle » de Pierre Laporte

Gros plan de Pierre Laporte.

Pierre Laporte a trouvé la mort aux mains du Front de libération du Québec durant la crise d'Octobre, il y a 50 ans.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Au moyen d'une motion déposée mardi par le Parti libéral du Québec (PLQ), l'Assemblée nationale a souligné l'apport de Pierre Laporte à l'essor du Québec, 50 ans après que ce dernier eut été tué durant la crise d'Octobre.

Le libellé de la motion, adoptée en après-midi au Salon bleu de l'Assemblée nationale, allait comme suit :

« Que l’Assemblée nationale souligne la contribution exceptionnelle de Pierre Laporte à l’essor du Québec à titre notamment d’avocat, de journaliste puis de ministre au sein des gouvernements de Jean Lesage et de Robert Bourassa;

Qu’elle se souvienne avec une tristesse indélébile, 50 ans plus tard, des circonstances tragiques qui ont mené à sa mort 

[...]. »

Les chefs des partis ont tour à tour pris la parole, puis les élus ont observé une minute de silence.

Né à Montréal en 1921, Pierre Laporte avait poursuivi des études en droit avant d'exercer le métier de journaliste. Ses enquêtes, publiées dans le quotidien Le Devoir, scrutaient à la loupe le Québec et en particulier le gouvernement de l'autocratique Maurice Duplessis.

Élu à quatre reprises dans la circonscription de Chambly sous la bannière libérale, Pierre Laporte a été ministre au sein des gouvernements de Jean Lesage et de Robert Bourassa.

Le 17 octobre 1970, le corps du ministre du Travail et de la Main-d'œuvre du Québec avait été retrouvé dans le coffre d'une voiture à Saint-Hubert.

Les membres de la cellule Chénier du Front de libération du Québec (FLQ) ont affirmé l’avoir exécuté.

Condamnés à la prison à perpétuité pour le meurtre, Paul Rose et Francis Simard ont été libérés au début des années 1980. Jacques Rose a été condamné pour complicité après les faits et Bernard Lortie pour avoir kidnappé Pierre Laporte.

Les événements d'Octobre ont notamment été marqués par l'application, par le gouvernement du Canada, de la Loi sur les mesures de guerre, qui a eu pour effet de suspendre les libertés civiles et a entraîné l'arrestation et l'emprisonnement de 497 personnes.

Il y a quelques semaines, le Parti libéral avait refusé d'appuyer une motion du Parti québécois, appuyée par la Coalition avenir Québec et Québec solidaire, qui réclamait des excuses du gouvernement fédéral pour ces emprisonnements. Le PLQ avait plutôt déposé une motion demandant des excuses des trois paliers de gouvernement, qui a aussi été rejetée.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, avait dit être plus préoccupé par la crise actuelle provoquée par la COVID-19 que par des événements d'il y a 50 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !