•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les besoins des Autochtones sont-ils pris en compte dans la campagne électorale?

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
dsc02284

Conseil tribal de Saskatoon, FSIN

Photo : Radio-Canada / Trevor A Bothorel

Avec son chandail portant un message de soutien aux Wet’suwet’en, Krysta Alexson ne laisse pas vraiment de doute sur l’importance qu’elle accorde aux revendications autochtones.

La jeune mère crie est souriante, mais elle ne cache pas qu’elle considère que ces revendications et les besoins des Autochtones ne sont pas prises en compte. Je vais être directe, on n’en parle vraiment pas , dit-elle d’entrée de jeu.

Elle fait ce reproche aux deux principaux partis, tout en affirmant que le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan (NPD) fait une plus grande place à ces enjeux.

Krysta Alexson, souriante.

Krysta Alexson estime que les enjeux autochtones ne sont pas assez abordés au cours de la campagne électorale et réclame plus de consultation de la part du prochain gouvernement.

Photo : gracieuseté Krysta Alexson

Krysta Alexson se réjouit par contre de voir une augmentation du nombre de candidats métis ou provenant des Premières Nations. Le NPD présente 12 candidats autochtones, soit 4 de plus qu’aux élections précédentes, tandis que l’équipe du Parti saskatchewanais en compte 4, soit 2 de moins qu’en 2016.

Krysta Alexson trouve surtout que la situation s’est dégradée en Saskatchewan pour les Autochtones ces dernières années, soit depuis son retour d’un séjour de quatre ans au Québec, de 2010 à 2014.

Depuis que je suis revenue, il n’y a pas une journée qui se passe sans que j’entende un collègue ou quelqu’un en public dire quelque chose de super stéréotypé ou super raciste au sujet des personnes autochtones. Ce sont des juges, des avocats, des enseignantes. Je trouve que le climat politique qu’on a dans la province normalise le racisme.

Krysta Alexson, électrice crie de la Saskatchewan

Les Autochtones veulent être consultés

Krysta Alexson estime que les communautés autochtones ont des besoins particuliers. Elle mentionne le besoin d'investir de façon importante en éducation et de faire renaître la Compagnie de transport de la Saskatchewan pour faciliter les déplacements.

À ses yeux, il est primordial que le prochain gouvernement intègre la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN) ou une coalition autochtone dans son processus décisionnel.

Même demande au sein d’une autre organisation : le Conseil tribal de Saskatoon. Son chef, Mark Arcand, déplore qu’aucun parti politique ne l’ait contacté pour discuter avec le conseil des besoins de ses membres.

Mark Arcand lors de sa réélection pour un second mandat comme chef du Conseil tribal de Saskatoon.

Le chef du Conseil tribal de Saskatoon, Mark Arcand, veut bâtir une meilleure relation avec le gouvernement provincial pour faire face aux enjeux qui touchent ses membres.

Photo : Radio-Canada / Rémi Authier

Mark Arcand estime qu'il est fondamental de renforcer la relation entre la province et les Autochtones. Il dit que c’est ainsi que les problèmes de pauvreté et de dépendance qui touchent non seulement ses membres, mais toute la province, pourront se régler.

Cette meilleure relation et ce plus grand rôle de consultation doivent toutefois s’accompagner d’actions concrètes, ajoute-t-il.

J’entends souvent [des paroles] de reconnaissance des terres : ''Bienvenue sur le territoire du Traité numéro 6.'' Est-ce que ça a réglé les problèmes dont on parle? Il doit y avoir plus de gestes qui suivent les paroles et il faut commencer à travailler avec nous.

Mark Arcand, chef du Conseil tribal de Saskatoon

Une place inégale dans les plateformes

Force est de constater que les deux principaux partis abordent les enjeux autochtones différemment.

Le Parti saskatchewanais consacre une des 56 pages de sa plateforme aux questions qui touchent les Premières Nations et le nord de la province. Il y rappelle ses réalisations et les sommes investies dans le plus récent budget pour améliorer la formation professionnelle des Autochtones, les soins de santé et la prévention du suicide.

Le Parti saskatchewanais s'est fixé 30 objectifs de croissance à atteindre d'ici 2030. Un seul concerne directement les Autochtones : celui d'augmenter leur participation à l'économie par le développement de ressources naturelles. Il ne quantifie toutefois pas cet objectif. D’autres promesses, comme la création de programmes pour les personnes diabétiques, pourraient toutefois toucher en bonne partie les Autochtones.

La plateforme du NPD comprend cinq promesses mentionnant directement les membres des Premières Nations et les Métis. Le parti s’engage, entre autres, à améliorer le financement en éducation, à aider les communautés autochtones à développer leurs sources d’énergie et à réformer le système de protection de l’enfant en partenariat avec la FSIN.

Des promesses du NPD en santé mentale, en prévention du suicide et pour la réinstauration de la Compagnie de transport de la Saskatchewan pourraient toucher de façon importante les membres des Premières Nations et les Métis.

Élections Saskatchewan 2020

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !