•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légère baisse du nombre de décès liés à une surdose en Colombie-Britannique

Deux mains qui tiennent une seringue.

Quatre ans après avoir déclaré l’état d’urgence sanitaire, la Colombie-Britannique peine à contenir l'épidémie de surdoses.

Photo : Getty Images / Spencer Platt

En septembre, 127 personnes ont perdu la vie après une surdose liée à une consommation de drogue illicite en Colombie-Britannique. S’il s’agit d’une baisse par rapport aux nombres records de mai, de juin et de juillet, c’est tout de même plus du double qu’en 2019 lorsqu'il avait eu 60 morts à la même date.

Dans 94 cas des décès, on a détecté la présence de fentanyl. La concentration de cet opioïde a presque doublé depuis le mois de mars, passant de 8 % à 15 %, selon le Service des coroners de la Colombie-Britannique, qui souligne dans un rapport que le fentanyl serait même présent dans 80 % des surdoses mortelles en 2020.

Depuis le début de l’année, 1198 personnes ont succombé à une surdose. Il s'agit en majorité d'hommes âgés de 30 à 59 ans vivant principalement à Vancouver ou Victoria, mais également à Surrey. Des intervenants demandent donc plus de ressources et de préventions contre la toxicomanie dans les banlieues.

Le nombre de décès pour la majorité des tranches d’âge a baissé depuis le pic de 177 décès, enregistré en juin. Toutefois, le nombre de décès chez les 40 à 59 ans reste très élevé, indique le Service des coroners.

Aucun des décès n'est survenu dans un centre de prévention ou d'injection supervisée, précise le Service des coroners, qui révise à la hausse le nombre de cas de surdoses pour le mois d'août. Au départ évalué à 147, il s'établit désormais à 150.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !