•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Menaces envers Geneviève Guilbault : le suspect en évaluation psychiatrique

Un policier devant une scène de crime.

L'intervention policière s'est déroulée à proximité de la bibliothèque Étienne-Parent, à Beauport.

Photo : Radio-Canada / Éric Careau

L'homme arrêté lundi pour avoir proféré des menaces envers Geneviève Guilbault devra subir une évaluation psychiatrique avant de comparaître. Jean Darveau est toujours à l'hôpital, mais on ne craint pas pour sa vie.

Le suspect a suivi l'audience au téléphone depuis l'Hôpital de l'Enfant-Jésus, puisqu'il a été blessé lors de son arrestation, près de la bibliothèque Étienne-Parent.

L’individu avait en sa possession un couteau et aurait résisté lorsque les policiers de la Ville de Québec l'ont abordé.

Après l'avoir maîtrisé, les policiers ont constaté en relevant Darveau que le couteau était planté dans son abdomen.

Le BEI enquête

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) est d'ailleurs chargé d'examiner la conduite des policiers du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) dans ce dossier.

Darveau, qui est représenté par un avocat de l'aide juridique, aurait proféré des menaces de mort envers la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, le 13 octobre dernier.

Menaces envers les policiers

S'il est jugé apte à comparaître, il fera face à une autre accusation, d'avoir menacé de mort l'ensemble des policiers de la province du Québec, peut-on lire dans le document de la cour.

Le quinquagénaire qui habite la rue Léry a déjà été condamné pour des menaces à l'endroit de personnalités.

Il avait bénéficié d'un sursis de peine à la Cour municipale de Québec après avoir menacé les humoristes Guy Nantel et Mike Ward, de même que l'ex-dragon François Lambert.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.