•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les producteurs laitiers réclament les compensations promises par Ottawa

Des vaches dans leur enclos.

Dans la foulée des accords commerciaux conclus par Ottawa, les producteurs laitiers se sont vu promettre des compensations qu'ils réclament aujourd'hui.

Photo : Radio-Canada

AECG, PTPGP, ACEUM... Autant d'acronymes derrière lesquels se trouvent les modalités d'accords commerciaux dont les producteurs laitiers disent faire les frais. Ces derniers réclament que le gouvernement fédéral précise, d'ici les Fêtes, combien ils recevront en indemnisations, et en vertu de quel échéancier.

Nos demandes au gouvernement sont claires et urgentes : nous voulons connaître le calendrier de paiements et les compensations [...], a affirmé Pierre Lampron, président des Producteurs laitiers du Canada, en conférence de presse, mardi.

Ces producteurs rappellent que l’Accord économique et commercial global (AECG) est entré en vigueur en 2017 et que l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) a pour sa part pris effet en 2018.

Quant à l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM), son entrée en vigueur, le 1er juillet dernier, a pris les producteurs laitiers par surprise, dit pour sa part David Weins, membre du comité de direction des Producteurs laitiers du Canada.

Pour ce qui est des deux premiers accords, le fédéral avait, en 2019, remis aux producteurs laitiers un premier versement de 345 millions de dollars. Cette somme était tirée de l'enveloppe globale de 1,75 milliard allouée sur une période de huit ans dans le cadre du Programme de paiements directs pour les producteurs laitiers.

Depuis, c'est le silence complet de la part du fédéral, déplore M. Weins. Pas d'autre paiement et pas d'échéancier de paiement non plus.

Les producteurs laitiers disent avoir plié devant les concessions faites, par le gouvernement canadien, aux pays qui sont ses partenaires commerciaux. Et ils ont cédé à contrecoeur de grands pans de leur marché.

D'ici 2024, les Producteurs laitiers du Canada évaluent à 18 % la part de la production laitière intérieure qu'ils auront concédée dans la foulée des accords commerciaux.

Pierre Lampron dit qu'une panoplie de produits vont être touchés; il cite le beurre, le fromage et, en particulier, les fromages fins, concurrencés par les importations européennes.

Les sommes promises seront accordées, dit Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau a dit être déterminé à respecter les promesses d'indemnisation.

Nous travaillons actuellement avec les producteurs laitiers et d'autres sur la compensation pour l'ALENA, a-t-il déclaré.

Nous reconnaissons que des familles et des communautés ont été durement touchées par cette pandémie et nous serons toujours là pour soutenir les gens, y compris avec des indemnisations que nous avons promises depuis longtemps et que nous accorderons.

Source : La Presse canadienne

« Les Canadiens veulent des produits canadiens »

La pandémie a mis en relief l'importance de la souveraineté alimentaire pour les consommateurs, selon M. Lampron : Les Canadiens veulent des produits canadiens. Aussi serait-il contre-intuitif que le gouvernement fédéral ne soutienne pas ses producteurs, plaident les producteurs laitiers.

Nous n'avons pas demandé de compensations en lien avec la pandémie, précise David Weins, ajoutant que, durant les premiers mois de cette dernière, les producteurs laitiers comprenaient que le gouvernement en avait plein les bras.

Les Producteurs laitiers du Canada reconnaissent avoir eu des rencontres avec la ministre des Finances, Chrystia Freeland, et la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau. De plus, dans son discours du Trône prononcé en septembre dernier, le gouvernement Trudeau a réitéré son intention de soutenir les agriculteurs.

En lieu et place de promesses, les producteurs laitiers réclament du concret, dit Pierre Lampron. On est un peu préoccupés, renchérit David Weins.

On sent la pression, c'est difficile dans les fermes, soutient Pierre Lampron. Il affirme cependant ne pas être en mesure de quantifier le nombre de fermes qui auraient eu à fermer leurs portes ces derniers mois.

Le cabinet de la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, rappelle qu'en plus du premier versement de 345 millions de dollars, une enveloppe de 250 millions a été incluse au Programme d'investissement pour les fermes laitières.

Enfin, dans le contexte de la pandémie, le ministère dit avoir augmenté de 200 millions de dollars, de façon permanente, la capacité d’emprunt de la Commission canadienne du lait.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !