•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des consommateurs attendent toujours des remboursements de voyage

Un avion dans le ciel.

Québec et Ottawa n'ont toujours pas de solution pour le remboursement des voyageurs.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

La deuxième vague de la COVID-19 retarde les projets de voyage, mais de nombreux consommateurs québécois attendent toujours des remboursements pour les frais encourus avant la pandémie.

Me Élise Thériault, avocate chez Option consommateurs, mentionne que ni le Fonds d'indemnisation des clients d'agents de voyage ni les institutions financières n'ont fait de remboursements pour la majorité des voyageurs.

La compagnie aérienne WestJet a annoncé mercredi qu'elle commencerait à rembourser ses clients dont le vol au Canada a été annulé en raison de la pandémie de COVID-19.

C'est la première compagnie aérienne au pays à offrir des remboursements pour l'annulation de ses vols nationaux dans le contexte de la pandémie.

Le ministre québécois de la Justice, Simon Jolin-Barrette, a dit l’été dernier qu'il allait trouver une solution globale pour les consommateurs québécois, mais elle se fait toujours attendre.

C'est aussi le statu quo au fédéral. Le ministre des Transports, Marc Garneau, a déclaré récemment qu’il n’allait pas ordonner aux transporteurs aériens, dont Air Canada, de rembourser les voyageurs, en raison des difficultés éprouvées par cette industrie.

Selon Me Élise Thériault, les clients qui ont le plus de facilité à recevoir un remboursement sont ceux qui ont fait affaire avec des transporteurs américains ou européens, puisque la loi a obligé ces derniers à le faire.

Au Québec et au Canada, les consommateurs ont accepté des crédits voyages, mais avec la pandémie qui perdure, ils ne pourront possiblement pas les utiliser.

Il risque d’y avoir des pertes d’emplois avec l’évolution de la crise, et les crédits voyages offerts ne sont pas suffisants pour les consommateurs. L’argent qu’ils ont déboursé pour leurs voyages devient donc nécessaire.

Me Élise Thériault, avocate chez Option consommateurs

Selon Option consommateurs, il est toujours possible de faire une plainte à l'Office des transports du Canada si la compagnie avec qui l'on a fait affaire n'a pas respecté son contrat ou les conditions d'utilisation.

Des actions collectives de voyageurs ont aussi été entreprises, mais il faudra probablement attendre plusieurs années pour qu'un règlement intervienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !