•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

École française Greenwood : des parents appellent le gouvernement Ford à intervenir

La Ville de Toronto dit ne pas avoir discuté du dossier avec le Conseil scolaire Viamonde depuis 2018.

Façade extérieure en ciment de l'École Greenwood.

Le Conseil scolaire Viamonde a fait l'acquisition en février 2020 d'une ancienne école anglaise, l'École Greenwood, à Toronto.

Photo : Radio-Canada / Michel Bolduc

« On ne peut plus tolérer de délais », affirme Heidi Pospisil, de la coalition de parents PESQ, qui demande à la province de « s'impliquer » pour que se concrétise le projet d'école secondaire tant désiré par les francophones de l'est de Toronto.

Après plusieurs années de tractations, le Conseil scolaire Viamonde a fait l'acquisition de l'ancienne école anglaise Greenwood en février pour la transformer en école secondaire pouvant accueillir 500 élèves de la 7e à la 12e année.

Toutefois, les travaux de rénovation n'ont pas commencé, et Viamonde se refuse à toute mise à jour publique sur le projet.

La coalition des Parents pour une école secondaire de quartier (PESQ) a envoyé une lettre au ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, en septembre, demandant à la province d'intervenir, en particulier pour s'assurer que les futurs élèves de l'École Greenwood puissent faire du sport au parc Felstead, situé de l'autre côté de la rue.

En effet, l'établissement n'a ni cour ni terrain de sport.

En comparaison, les écoles anglophones de la collectivité Est de Toronto sont situées sur des terrains de plusieurs acres avec de grands espaces verts et des installations de sport, peut-on lire dans la lettre du groupe PESQ, qui a entamé des procédures judiciaires contre le gouvernement.

Il semble que les francophones doivent mendier pour chaque petit morceau.

Heidi Pospisil, mère et porte-parole de la coalition PESQ

Pour Mme Pospisil, le gouvernement ontarien a la « responsabilité » de s'assurer que les francophones aient une école équivalente.

Elle cite le jugement rendu en juin dernier par la Cour suprême en faveur du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique, qui stipule entre autres qu'il est très difficile d’imaginer comment une école qui n’a pas de gymnase ou encore d’espace pour permettre aux élèves de jouer à l’extérieur – alors que les écoles de la majorité disposent d’installations ou d'aménagements de cette nature – peut offrir une expérience éducative réellement équivalente.

Un but de soccer au parc Felstead.

Le parc Felstead, doté d'un terrain de soccer, est situé à proximité de l'École Greenwood.

Photo : Radio-Canada / Michel Bolduc

Le groupe PESQ voudrait que la Ville de Toronto signe un bail de 999 ans avec Viamonde pour « l’usage prioritaire et sans contraintes du terrain sportif au parc Felstead » et que le Conseil puisse y construire « une piste de course entourant le terrain sportif, des banquettes, des gradins et toute autre installation qui ferait de ce terrain une vraie cour d’école équivalente à celles de la majorité avoisinante ».

La coalition évoque comme précédent l'accord conclu entre la Ville et le Conseil scolaire public anglais (TDSB) quant à l'utilisation par ses élèves du parc Pantry, dans le quartier The Beach.

La province ne se mouille pas

Le ministère de l'Éducation n'a jamais répondu à la lettre de la coalition PESQ.

Mme Pospisil espère tout de même que la province travaille à faire avancer le dossier « en coulisses ».

Une porte-parole du Ministère affirme que l'accès au parc Felstead est une « question municipale » et renvoie Radio-Canada à la Ville de Toronto.

Par courriel, une porte-parole de la Ville, Jaclyn Carlisle, indique que le service des parcs a rencontré Viamonde pour la dernière fois en juin pour discuter de différents partenariats et projets d'immobilisation, mais que les deux parties n’ont pas discuté de l'utilisation du parc Felstead depuis 2018.

Les paramètres d'utilisation du parc n'ont pas été finalisés à ce moment-là, précise Mme Carlisle.

L'avocat de PESQ, Nicolas Rouleau, répond ceci : Si c'est vrai, c'est décevant. Le plein usage de ce parc est une condition absolument essentielle à l'opération de cette école. C'est clair depuis longtemps. Les élèves francophones du quartier ont le droit à un terrain sportif et une cour d'école équivalents à ceux des écoles anglophones. Les parents francophones comptent sur Viamonde et le gouvernement de l'Ontario pour négocier cet accès avec la ville de Toronto sans plus attendre.

La province a déjà accordé plus de 16 millions de dollars à Viamonde pour la rénovation de l'École Greenwood.

Le Conseil sera tenu de respecter des étapes spécifiques d'immobilisation du ministère pour l'avancement du projet, dit la porte-parole du ministère de l'Éducation Sandra Zeni, y compris des estimations de coût mises à jour tout au long du projet. Mme Zeni n'a pas donné de détails sur la nature de ces étapes, mais ajoute qu'aucune date n'a été fixée pour l'ouverture de l'école rénovée.

Pas de mise à jour de Viamonde

Le Conseil Viamonde n'a pas voulu donner de détails sur le déroulement du projet ni sur ses négociations avec la Ville quant au parc Felstead.

Nous poursuivons notre travail sur ce projet d’école. Dès qu‘il nous sera possible d’apporter des précisions, soyez assuré que nous les communiquerons directement à notre communauté scolaire, notamment par voie de lettre officielle aux familles du Conseil, et ce, de façon régulière lorsque des informations surviendront quant aux prochaines étapes.

Julie Vanghelder, directrice des communications à Viamonde

La présidente du Conseil, Sylvie A. Landry, n'a pas fourni plus de détails à Radio-Canada. Je tiens à vous assurer que nous sommes très attachés à faire progresser le projet de l’École Greenwood aussi vite que possible avec l’ensemble des parties prenantes, affirme-t-elle.

La dernière communication aux parents de Viamonde sur le projet remonte à juin, lorsque le Conseil avait confirmé l'acquisition de l'École Greenwood trois mois plus tôt, après avoir été contacté par Radio-Canada.

À l'époque, le Conseil avait aussi affirmé avoir modifié ses plans initiaux pour répondre à certaines des doléances des parents. Toutefois, la coalition PESQ avait jugé ces changements insuffisants.

Mme Pospisil, qui se bat depuis des années pour une école secondaire française dans l'est de Toronto, raconte que ses enfants sont trop vieux maintenant pour fréquenter l'École Greenwood. Mais pour des centaines d'autres parents, dit-elle, il n'est pas trop tard. Elle demande à Viamonde de mieux les informer sur le projet.

Les parents ont vraiment hâte de savoir : est-ce que cette école sera pour nos enfants? Est-ce que je dois inscrire mon enfant au Collège français au centre-ville où il n'y a pas de terrain sportif, où il manque d'installations? Ou est-ce que je dois abandonner l'éducation en français et choisir une école anglophone de quartier qui offre beaucoup?

Heidi Pospisil, mère et porte-parole de la coalition PESQ

Ça presse pour les parents qu'on sache les détails et l'échéance de ce projet, ajoute-t-elle. Viamonde pourrait organiser un forum virtuel, suggère-t-elle, pour tenir compte des contraintes liées à la COVID-19.

Le Conseil laisse entendre qu'il aura plus de détails en janvier. Nous envisageons d’apporter de nouveaux éléments tangibles et concrets à notre communauté d’ici la fin du mois de janvier 2021, précise la directrice des communications de Viamonde, Julie Vanghelder.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !