•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault prêt à faire des « efforts financiers » pour les infirmières

François Legault marche dans un couloir avec le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Le premier ministre François Legault a promis aux infirmières de « tout faire » pour réduire leur surcharge de travail.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Disant comprendre leur fatigue et leur frustration, le premier ministre François Legault affirme être disposé à faire des « efforts financiers » pour « réduire la surcharge de travail » des infirmières, mais prévient qu'il ne peut en même temps accorder des augmentations de salaire importantes.

En point de presse mardi aux côtés du ministre de la Santé, Christian Dubé, le premier ministre a déclaré qu’il était conscient des conditions de travail dans lesquelles évoluent les infirmières. Il a ajouté qu’il les avait bien entendues lors de leur manifestation surprise de lundi sur le pont de Québec et le pont Jacques-Cartier.

François Legault a soutenu qu’il ne reviendrait pas sur la promesse qu’il leur avait faite en campagne électorale d’abolir le recours aux heures supplémentaires obligatoires, mais a précisé que la situation actuelle était spéciale.

On a beau afficher des postes d’infirmières, ils ne sont pas comblés, déplore M. Legault. Ce n’est pas comme des préposés. On ne peut pas, en quelques mois, former des infirmières, même avec toute la bonne volonté du monde.

Je suis prêt à faire des efforts financiers, entre autres pour réduire la surcharge de travail. Je suis prêt à tout faire, je suis ouvert à toutes les solutions pour réduire la surcharge de travail des infirmières.

François Legault, premier ministre du Québec

Par contre, tempère le premier ministre, les finances du gouvernement ne lui permettent pas, à l'heure actuelle, de libérer des fonds pour réduire la surcharge des infirmières tout en leur offrant des augmentations salariales supérieures au niveau de l'inflation.

On se dirige cette année vers un déficit d’environ 15 milliards de dollars. Ça va nous prendre cinq ans avant de retrouver l’équilibre budgétaire et ça va prendre aussi des efforts de gestion, a expliqué François Legault.

La FIQ veut des actions maintenant

Réagissant aux propos du premier ministre, la présidente de la FIQ, Nancy Bédard, constate que pour la première fois, M. Legault reconnaît publiquement le problème de la surcharge de travail des professionnelles en soins. Mais il faudra que cela se traduise réellement à la table de négociation, nuance-t-elle.

D’après elle, les négociations piétinent en ce moment, et la partie patronale refuse de discuter de vraies solutions qui pourraient agir positivement sur cette charge trop lourde avec laquelle les professionnelles en soins doivent composer quotidiennement.

Mme Bédard souligne que les tractations en cours seront déterminantes pour l’avenir du réseau de la santé public, car sans des changements majeurs dans les conditions de travail, il sera impensable d’attirer de nouvelles professionnelles en soins, de retenir celles qui y travaillent comme des forcenées depuis des années et de faire revenir celles qui ont choisi de quitter le réseau, épuisées.

La présidente de la FIQ demande au gouvernement de passer rapidement à l’action.

Situation préoccupante dans les universités et les cégeps

Outre la situation critique des travailleurs de la santé, le premier ministre Legault s'est aussi montré préoccupé par ce que vivent les étudiants des niveaux collégiaux et universitaires en zone rouge, dont la plupart n'ont pas mis les pieds une seule fois sur leur campus depuis le début de l'année scolaire.

C’est bien beau, les cours à distance devant un ordinateur, mais ce n’est rien pour motiver quelqu’un. Et c’est important de voir ses amis, a-t-il reconnu en laissant entendre que son gouvernement se penche actuellement sur cette problématique.

C’est quelque chose qu’on regarde. Est-ce que c’est possible qu’un certain pourcentage des étudiants aillent faire un tour au moins de temps en temps à l’université ou au cégep, ne serait-ce que pour le moral des jeunes?

Le gouvernement compte aussi se pencher également sur la possibilité de lâcher un peu de lest sur la question de la pratique des sports chez les jeunes, qui est presque un service essentiel, a souligné François Legault.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Augmentation importante des hospitalisations

En ce qui a trait à la situation de la pandémie au Québec, le premier ministre a salué les efforts des Québécois qui ont permis de contenir le nombre de nouveaux cas autour de 1000 par jour depuis trois semaines.

Selon le bilan quotidien publié mardi par la santé publique, 877 nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés au Québec au cours des dernières 24 heures. Le nombre total de cas depuis le début de la pandémie est de 95 216 en tenant compte du retrait de 90 cas antérieurs qui, après enquête, se sont avérés non liés à la COVID-19.

Si le nombre de cas quotidiens a reculé de 161 au Québec au cours des dernières 24 heures, le nombre d'hospitalisations, lui, a bondi de 33 cas depuis le 18 octobre pour un total de 565.

De ce nombre, 100 patients sont actuellement traités aux soins intensifs, soit 8 de plus que la veille.

En ce qui a trait aux décès, la santé publique rapporte 5 nouvelles pertes de vie au cours des dernières 24 heures et 7 de plus survenues entre le 13 et le 18 octobre. Un décès non relié au coronavirus a également été retiré du bilan global.

Ce qui porte à 6055 le nombre total de décès dus à la COVID-19 au Québec.

Dimanche dernier, 16 291 prélèvements ont été effectués dans la province pour un total de 2 839 254.


Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !