•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le camp du oui s’organise en vue du référendum à Témiscouata-sur-le-Lac

L'extérieur de l'aréna Jacques-Dubé de Témiscouata-sur-le-Lac.

Si le camp du oui l'emporte, l'aréna Jacques-Dubé sera démoli pour laisser place à un centre communautaire récréatif (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Michaële Perron-Langlais

À Témiscouata-sur-le-Lac, les préparatifs se poursuivent en vue du référendum sur la construction d'un nouvel aréna et d'un centre communautaire récréatif. Un comité a été lancé lundi dans le but d’encourager les citoyens à voter en faveur du projet.

D’ici le dépouillement des bulletins de vote, le 29 novembre, les membres du comité souhaitent répondre aux questions des résidents et les convaincre d’approuver la construction des deux bâtiments.

La Municipalité propose de bâtir le nouvel aréna dans le secteur de Cabano et le centre communautaire récréatif dans celui de Notre-Dame-du-Lac. Le coût total de ce projet à deux adresses est de 21,5 millions de dollars.

Le comité du oui souhaite entre autres rassurer ceux et celles qui croient que le projet coûterait trop cher.

On entend beaucoup que la Ville n’a pas les moyens de s’endetter de 21 millions pour ce projet-là, alors qu’on sait très bien qu’il y a une grande partie qui est subventionnée et que l’argent est déjà attaché, explique le conseiller municipal et co-porte-parole du comité du oui, Denis Blais. On parle d’un projet qui coûte un maximum de 2,2 millions de dollars aux citoyens.

Si on avait un vote pour le non, il faut retourner à la table à dessin, et quand on a un projet subventionné, on ne sait pas trop si les nouveaux dessins vont être acceptés, tant par le gouvernement fédéral que provincial, qui nous financent tous les deux.

Denis Blais, conseiller municipal et porte-parole du comité du oui

Denis Blais craint également que la mise à niveau des infrastructures soit repoussée davantage si le non l'emporte en novembre prochain. L’aréna Jacques-Dubé est désuet, dit-il. En fin de semaine, il pleuvait beaucoup et je suis allé y faire un tour. L’eau entre dans le bâtiment, donc il est temps qu’on passe à la construction d’un nouveau bâtiment.

Un projet qui ne fait pas l’unanimité

Le projet qui fait maintenant l’objet d’un référendum divise les résidents de Témiscouata-sur-le-Lac depuis maintenant plusieurs années.

La construction d’un centre communautaire récréatif à l’endroit où est actuellement situé l'aréna Jacques Dubé, à Notre-Dame-du-Lac, déplaît à certains résidents du secteur, qui voudraient conserver un aréna dans le quartier.

Le co-porte-parole du camp du oui ne voit toutefois pas la tenue de ce référendum comme un signe de division entre les résidents de Cabano et ceux de Notre-Dame-du-Lac.

Ce n’est pas un projet d’un quartier contre un autre, au contraire, soutient Denis Blais. C’est un projet qu’on doit vendre auprès de l’ensemble de notre population de façon positive.

Un comité du non?

Tout comme le camp du oui, celui du non serait également en train de se préparer à la tenue du référendum, bien qu’aucun comité n’ait été officiellement lancé à Témiscouata-sur-Lac.

La conseillère municipale Phoebe Sirois fait partie des élus qui se positionnent contre le projet dans sa forme actuelle.

Bien qu’elle s’oppose à l’idée d’investir dans deux arénas à Témiscouata-sur-le-Lac et qu'elle reconnaisse qu'une victoire du non entraînerait de nouveaux délais en plus du risque de perdre les subventions octroyées, Mme Sirois est d’avis que ce projet n’est pas le bon pour sa municipalité.

Le centre sportif Phil-Latulipe, au lendemain de son effondrement.

L'effondrement du centre sportif Phil-Latulipe, en 2017, est à l'origine des nouveaux projets d'infrastructures à Témiscouata-sur-le-Lac (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

La conseillère est en faveur de la construction du nouvel aréna à Cabano, mais considère que le centre communautaire récréatif proposé à Notre-Dame-du-Lac ne correspond pas aux besoins d’une population vieillissante.

On a déjà beaucoup de salles qui ne sont pas louées à pleine capacité, comme le pavillon municipal et le centre de loisirs à Notre-Dame-du-Lac, donc je pense que c’est un peu un doublon, dit-elle.

Ce n’est pas au centre-ville, il ne faut pas l’oublier. On dit qu’on veut y attirer les jeunes, mais les jeunes n’ont pas nécessairement la possibilité de se rendre sur ce terrain, puisqu’il faut quand même traverser l’entrée de la route 185.

Phoebe Sirois, conseillère à Témiscouata-sur-le-Lac

La semaine prochaine, la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac présentera des modèles en trois dimensions et une visite virtuelle des deux bâtiments.

Advenant que la majorité des citoyens donnent leur accord au projet, les appels d'offres devraient être lancés rapidement dès cet automne, dans le but de débuter la construction au printemps 2021. La durée des travaux prévue est de 12 à 18 mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !