•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Professeur décapité en France : le père d'une collégienne a parlé au tueur

Une femme dépose une gerbe de fleurs au milieu de dizaines d'autres.

Samedi, un autel avait été érigé à la mémoire de l'enseignant Samuel Paty à l'entrée du collège où il enseignait.

Photo : afp via getty images / Bertrand Guay

Agence France-Presse

Le père d'élève qui avait appelé à une mobilisation sur les réseaux sociaux contre Samuel Paty, le professeur assassiné vendredi en région parisienne, a échangé des messages par téléphone avec l'assaillant dans les jours qui ont précédé l'attaque, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

Ces échanges ont eu lieu sur la messagerie WhatsApp, a ajouté cette source, confirmant une information de la chaîne BFMTV, sans donner de précisions sur leur contenu.

Dans cette vidéo diffusée le 8 octobre, plus d'une semaine avant l'attentat, ce père appelait à la mobilisation contre l'enseignant après un cours sur les caricatures de Mahomet auquel, disait-il, avait assisté sa fille. Il avait donné son numéro de téléphone sur Facebook dans le message accompagnant la vidéo.

Sa fille, collégienne, faisait bien partie d'une classe du collège du Bois d'Aulne à laquelle Samuel Paty a dispensé un cours sur la liberté d'expression le 6 octobre, mais elle était absente ce jour-là, selon une source proche du dossier.

Le père avait diffusé le 12 octobre sur YouTube une nouvelle vidéo prenant pour cible l'enseignant, où on l'apercevait en compagnie du militant islamiste Abdelhakim Sefrioui.

Vendredi dernier, l'enseignant a été décapité en pleine rue par un Russe tchétchène de 18 ans à Conflans-Saint-Honorine, où se trouve le collège du Bois d'Aulne.

Les deux hommes étaient en garde à vue mardi après-midi dans cette enquête antiterroriste, avec 14 autres personnes, dont cinq collégiens.

Contre l'islamisme radical

Les autorités françaises ont par ailleurs pris mardi de nouvelles mesures de lutte contre l'islamisme radical, avec notamment la fermeture de la mosquée de Pantin, au nord de Paris, qui a relayé la première vidéo dénonçant le cours de Samuel Paty.

La ministre à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, doit rencontrer mardi les représentants des branches françaises de Facebook, Twitter, YouTube (Google), Snapchat et TikTok, qui sont pointés du doigt pour avoir relayé la vidéo appelant à la vindicte contre l'enseignant.

Le président Emmanuel Macron se rend pour sa part mardi après-midi à Bobigny, au nord de Paris, pour y présider une séance de la Cellule de lutte contre l'islamisme et le repli communautaire et faire le bilan des résultats dans ce département, a annoncé l'Élysée.

Ce déplacement intervient au lendemain d'une vaste opération policière contre les mouvances islamistes, avec des contrôles quotidiens lancés lundi, qui devraient concerner 51 associations proches de l'islamisme radical.

Selon le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui accompagnera M. Macron à Bobigny, ces associations sont dans le collimateur des autorités et plusieurs d'entre elles vont être dissoutes.

À la suite de l'assassinat, Gérald Darmanin a promis une guerre contre les ennemis de la République.

Vue de la façade de la mosquée. Une femme voilée marche devant.

La grande mosquée de Pantin sera fermée pendant six mois.

Photo : afp via getty images / Christophe Archambault

Fermeture de la mosquée Pantin

Le délai d'exécution de la fermeture est de 48 heures, donc la mosquée sera fermée mercredi soir, a indiqué une source proche du dossier, une information confirmée par l'entourage du ministre de l'Intérieur.

Selon une autre source proche du dossier, la fermeture de la mosquée, qui accueille environ 1500 fidèles, sera en vigueur pendant six mois. Elle serait due à la personnalité de l'imam qui y officie et au partage d'une vidéo sur la page Facebook du lieu de culte.

Selon le ministre Darmanin, l'imam de la mosquée de Pantin avait ses enfants scolarisés dans une école clandestine fermée début octobre dans la ville voisine de Bobigny. Des enfants de 2 à 6 ans portaient le hijab, sans cour de récréation, sans fenêtre, sans professeur, a souligné Gérald Darmanin.

Samuel Paty recevra la Légion d'honneur à titre posthume, a indiqué le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, en ajoutant qu'une minute de silence et une séquence éducative auront lieu à la rentrée des vacances scolaires, le 2 novembre, dans tous les établissements sans exception.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !