•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade de Fredericton : une vidéo associe policiers et démons

Les portraits de quatre personnes.

Les victimes de la fusillade de Fredericton en 2018. De gauche à droite, les policiers Robb Costello et Sara Burns, et les civils Donnie Robichaud et Bobbie Lee Wright.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une vidéo téléchargée sur l’ordinateur de Matthew Raymond établit un lien entre la police et un ordre démoniaque ayant pour but de contrôler la pensée des gens.

Il a abattu les civils Donnie Robichaud et Bobbie Lee Wright, puis les agents de la police de Fredericton Sara Burns et Robb Costello lorsqu’ils sont intervenus à la suite d’un appel signalant les premiers coups de feu, le 10 août 2018.

Matthew Raymond, 50 ans, a reconnu avoir tué ces personnes, mais il a répondu aux accusations en se disant non coupable. Ses avocats soutiennent qu’il n’était pas criminellement responsable de ses gestes à cause de problèmes de santé mentale.

En cette cinquième semaine de son procès, la défense continue de présenter des preuves trouvées sur l’ordinateur de l’accusé. Alex Pate, membre de l’équipe de la défense, a examiné le contenu de plusieurs disques durs. Il a trouvé des milliers de vidéos téléchargées de YouTube, certaines créées et téléversées par Matthew Raymond lui-même, ainsi que d’autres enregistrements effectués avec une caméra GoPro.

Toutes les vidéos présentées, dont les plus anciennes remontent à 2017, abordent des théories de conspiration au sujet d’un ordre démoniaque supérieur qui contrôle la pensée des gens par le biais des médias et du symbolisme. Cet ordre est désigné par des noms différents, dont illuminati et francs-maçons.

Un théoricien du complot connu sur YouTube comme étant Rob Lee occupe une bonne place dans les preuves présentées par la défense. Dans une de ses vidéos présentées en cour lundi, Rob Lee prétend que la mort d’une femme blanche d’origine australienne et américaine abattue par un policier d’origine somalienne à Minneapolis en 2017 était une mise en scène. Selon lui, cette femme n’a jamais existé et les médias ont été des complices en diffusant des mensonges. Dans d’autres vidéos, il prétend que l’espace n’existe pas et que les pyramides ont été construites par d’anciens démons.

Le narrateur affirme aussi que le logo des francs-maçons figure sur une trentaine d’insignes de services policiers. Le narrateur pose la question suivante: Qui les contrôle, croyez-vous?

C’est un thème récurrent dans plusieurs vidéos trouvées sur l'ordinateur de Matthew Raymond, qui présente les francs-maçons comme disposant de pouvoirs démoniaques et plusieurs attaques terroristes comme étant des mises en scène.

Alex Pate.

Alex Pate, membre de la défense de Matthew Raymond, témoigne de dizaines de milliers de photographies et de vidéos trouvées sur les disques durs de l’accusé.

Photo : CBC/Ed Hunter

Dans une vidéo, le narrateur désigne comme des êtres les Somaliens musulmans.

Dans une autre vidéo, au narrateur différent, on prétend que Hollywood et Washington sont contrôlés par des forces démoniaques. Voter ne sert à rien, selon le narrateur.

Une autre vidéo traite de la forme du crâne chez les hommes et les femmes pour avancer des propos transphobes. D’autres fichiers portant sur la transphobie se trouvent aussi sur cet ordinateur.

Dans une autre vidéo tirée de la chaîne de Rob Lee, il menace de décapiter toute personne qui s’en prendrait à lui ou à sa famille. Il montre des images d’armes à feu en disant à ses abonnés de ne pas combattre avant le moment désigné. Il prétend qu’à ce moment l’armée de Jésus sera formée.

Alex Pate a aussi témoigné d’une autre chaîne YouTube dont le nom fait l’objet d’un interdit de publication. Selon la défense, il s’agit de la chaîne de Matthew Raymond.

Le jury a pu visionner ces derniers jours la plupart des vidéos de cette chaîne, dont les thèmes sont similaires à ceux des autres présentés par Alex Pate. Les vidéos véhiculent des propos islamophobes, anti-Justin Trudeau. On y montre des images de personnes avec des points autour des yeux et de la bouche et que le narrateur présente comme étant des démons.

Dans une vidéo, le narrateur décrit les attributs masculins et féminins de certaines célébrités en soutenant que ces personnes sont transgenres. La vidéo est accompagnée d’un texte disant qu’il s’agit de la fin des temps, qu’il faut se préparer à Dieu et à Jésus, qu’il faut éviter la plupart des églises parce qu’elles sont contrôlées.

Diagnostic de schizophrénie

La Couronne et la défense sont d’accord sur le fait que Matthew Raymond souffrait de problèmes de santé mentale au moment de la fusillade. Le Dr Ralph Holly, qui a témoigné vendredi, a dit qu’il avait diagnostiqué la schizophrénie chez Matthew Raymond.

L’accord entre les deux parties signifie pour la défense, si elle veut obtenir un verdict de non-culpabilité, qu’elle doit convaincre le jury que les problèmes de santé mentale de l’accusé l’empêchaient de comprendre la nature et les conséquences de ses gestes ou de comprendre qu’il agissait mal.

La semaine dernière, Alex Pate a brossé le portrait d’un homme dont l’intérêt pour le vélo et les jeux vidéo diminuait au fur et à mesure qu’il regardait et téléchargeait des vidéos anti-islam, transphobes et occultes. M. Pate a aussi trouvé des milliers de références aux théories sur les francs-maçons et de la Terre plate.

Avec les renseignements de Hadeel Ibrahim, de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.